Rita : plus de peur que de mal

Rita : plus de peur que de mal

Il y a eu plus de peur que de mal au Texas ainsi qu’en Louisiane. Après avoir semé la panique au sud des Etats-Unis, encore sous le choc du passage dévastateur de Katrina, l’ouragan Rita a épargné à cette région un nouveau KO.
Rick Perry, gouverneur du Texas, a indiqué avoir vu des dégâts importants lors d’un survol samedi en hélicoptère du secteur de Beaumont-Port Arthur, mais minime comparé avec ceux causés par Katrina. «Cela n’avait rien à voir avec la dévastation des toits jusqu’aux fondations que nous avons vue au bord du Mississippi après le passage de Katrina,» a-t-il déclaré.
Un avis partagé par David Paulison, directeur de l’Agence fédérale de gestion des crises (Fema). D’après lui, les dégâts matériels n’étaient pas aussi graves que les responsables avaient redouté.
L’œil du cyclone, de force 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte cinq, a touché terre à 03h39 samedi (07h39 GMT) avec des vents soufflant à 195 km/h, selon le Centre national des ouragans. Rita a ensuite perdu de sa puissance, se transformant en simple tempête tropicale.
Les dommages subis par de nombreuses raffineries installées sur la côte apparaissent eux aussi mineurs. La production de pétrole brut du Golfe du Mexique était arrêtée à 100% samedi et celle de gaz naturel à 75% en raison des évacuations de personnels, selon l’agence fédérale Minerals Management Service.
Quelque 80% des 819 plates-formes habitées et 69% des 134 puits de forage opérant dans le Golfe du Mexique ont été évacués, d’après le MMS. Cela représente un manque à gagner de 1,5 million de barils de brut par jour. Le ministère de l’Energie a affiché un "optimisme prudent", estimant que Rita ne provoquera que des "perturbations minimes" dans l’approvisionnement en pétrole , selon un porte-parole. À croire les responsables de ce secteur économique vital, il serait prématuré de dire s’il y aura un impact sur les prix de l’essence. Le passage du cyclone Rita s’est caractérisé par l’absence de bilan des pertes humaines. Selon les médias, seulement une seule personne a été tuée dans le Mississippi (sud) après une tornade survenue dans le sillage de Rita. Ce bilan provisoire pourrait toutefois évoluer dans les prochains jours, ont mis en garde les autorités. Si les autorités américaines semblent avoir tiré les enseignements du passage de l’ouragan Katrina et ordonné en temps et en heure l’évacuation de plusieurs villes texanes avant l’arrivée de Rita, l’absence de bilan humain de cet ouragan tient également à des critères socio-culturels implacables, d’après une analyse de l’Associated Press. Basée sur les données du recensement, l’étude révèle que la zone touchée -la frontière entre le Texas et la Louisiane- est plus riche, plus mobile, moins peuplée et abrite plus de blancs que la région de La Nouvelle-Orléans, dévastée par Katrina.
Les Américains touchés par Rita ne sont pas riches mais, de manière générale, ils ont un niveau de vie plus élevé et sont plus à même de posséder une voiture que les victimes de Katrina. Ils sont également moins susceptibles d’appartenir à une minorité raciale, là où une majorité des personnes affectées par Katrina étaient noires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *