Saâd Hariri souhaite des relations sincères avec la Syrie

Saâd Hariri souhaite des relations sincères avec la Syrie

Le Premier ministre libanais Sâad Hariri a souhaité des relations «privilégiées et sincères» avec la Syrie, à la fin d’une visite à Damas, sa première depuis l’assassinat en février 2005 de son père, l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. M. Hariri, qui parlait, dimanche, lors d’une conférence de presse à l’ambassade du Liban avant son départ, a qualifié d’ «historique» sa visite de deux jours à Damas au cours de laquelle il a eu trois entretiens bilatéraux avec le président Bachar al-Assad. Saad Hariri, qui avait à plusieurs reprises accusé Damas d’être impliqué dans l’assassinat de son père, n’avait jamais eu de contacts officiels avec la Syrie. «Nous voulons des relations privilégiées, sincères et franches dans l’intérêt des deux Etats et des deux peuples», a-t-il affirmé devant un parterre de journalistes syriens et libanais. «Nous voulons bâtir une relation avec la Syrie sur les choses positives» qui ont été réalisées comme l’ouverture des ambassades à Damas et à Beyrouth, l’échange d’ambassadeurs et sur les mesures que les deux pays vont entreprendre, a-t-il ajouté. M. Assad a évoqué «d’une manière positive les questions intéressant les Libanais. Nous voulons les régler sans provocation, d’une manière calme et franche», a souligné M. Hariri en affirmant s’être mis d’accord avec le président syrien «sur nombre de questions comme la démarcation des frontières». Le président syrien est «très attaché à des relations sincères avec le Liban fondées sur une entente commune», a indiqué encore le chef de la majorité parlementaire au Liban.
Selon M. Hariri, «l’Arabie saoudite a joué un rôle important» dans le rapprochement syro-libanais et dans la (préparation) de sa visite à Damas.
En réponse à une question, il a affirmé n’avoir pas évoqué avec M. Assad la question du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé en 2007 par le Conseil de sécurité de l’ONU, chargé de juger les auteurs présumés d’attaques terroristes au Liban, dont les assassins de Rafic Hariri.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *