Santé : Les commotions cérébrales augmentent les risques de démence

Santé : Les commotions cérébrales augmentent les risques de démence

Les jeunes qui souffrent de traumatismes crâniens sont beaucoup plus susceptibles de développer une démence lorsqu’ils atteignent la vieillesse, selon une nouvelle recherche de l’hôpital universitaire d’Aarhus, deuxième grande ville du Danemark.

L’étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique « The Lancet Psychiatry », est basée sur des statistiques tirées de l’information enregistrée de près de 2,8 millions de Danois sur 36 ans.

« Un coup puissant à la tête peut endommager les cellules du cerveau et cela peut être la raison pour laquelle les personnes qui ont subi une blessure à la tête sont souvent atteintes de démence quand elles vieillissent », a expliqué Jakob Christensen, docteur en médecine, qui est l’un des chercheurs derrière cette étude.

« Le risque augmente si vous vous frappez la tête plusieurs fois, il est donc important de le limiter autant que possible », a-t-il poursuivi.

Les chercheurs ont comparé la prévalence de la démence chez des personnes ayant subi une commotion ou une lésion cérébrale à un moment de leur vie, et chez des personnes qui n’ont pas été traitées pour des blessures à la tête.

La découverte a révélé que les personnes qui avaient subi une blessure à la tête avaient 24% plus de chances de développer une démence que celles qui n’en avaient pas.

Une commotion cérébrale augmente le risque de démence de 17%, tandis qu’un crâne fissuré augmente le risque de 35%. Les personnes qui se sont blessées plusieurs fois à la tête avaient 183% plus de chances de développer une démence que celles qui n’avaient pas subi de traumatisme crânien.

Par ailleurs, selon un nouveau rapport de la région de Copenhague, le nombre de Danois atteints de démence a diminué pour la première fois en dix ans. Le rapport a montré que les cas de démence chez les 65 ans et plus sont passés de 4,1% en 2007 à 3,6% en 2016.

Les nouveaux cas de démence ont également diminué, passant de 1,2% en 2013 à 1,0% en 2015.

« C’est une très bonne nouvelle. Il y a maintenant de la lumière au bout du tunnel. Au lieu que les chiffres ne cessent de croître, nous commençons à voir une opportunité d’influencer le développement « , a affirmé Nis Petter Nissen, directeur de l’Association Alzheimer.

« Avant, on espérait qu’une pilule pourrait être développée pour guérir la démence, mais maintenant on peut voir qu’il y aurait une possibilité de prévenir complètement la maladie », a-t-il dit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *