Sénégal : Quand le foot tourne à la crise politique

Le ministre sénégalais des Sports, Youssoupha Ndiaye, a plié bagages mercredi. Motif : le nul de deux buts partout des Lions sénégalai, samedi dernier à Dakar contre les Eperviers du Togo en match comptant pour les éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial 2006. Ce match qui a opposé samedi dernier l’équipe sénégalaise à l’équipe togolaise au stade Léopold Sédar Senghor a été crucial.
En cas d’échec, les Lions sénégalais seraient obligés de s’arrêter à mi-chemin vers la phase finale de la Coupe du monde de football en Allemagne en 2006. Ce qui fut le cas. En effet, l’incapacité des Lions de triompher des Eperviers togolais a compromis les chances de qualification du Sénégal au prochain mondial. 
Le Togo, qui avait battu le Sénégal par 3 buts à 1 en aller, se trouve actuellement à la première place du groupe 1 avec 17 points. Avec cette défaite, le Sénégal se voit attribué la troisième place du classement. La déception des Sénégalais était si énorme que des voix se sont vite levées pour la démission du sélectionneur national, le Français Guy Stéphan. La rue grondait du mécontentement populaire. Les manifestations pour un départ de Stephan se multipliaient et menaçaient de virer à tout moment à l’émeute.  Cependant, ce dernier a refusé de rendre son tablier, arguant que le Sénégal pourra devenir le premier du groupe 1 sous sa houlette. 
«Les Lions ont encore et toujours la possibilité de terminer premier du groupe 1», a crié haut et fort l’entraîneur principal.   En CAN 2004, le Sénégal, finaliste de la précédente édition au Mali, s’était fait éliminer dès les quarts de finale. Le licenciement du technicien français pour insuffisance de résultats fut évoqué.  Cependant, le ministre des Sports s’y était opposé. Être éliminé par le pays organisateur, la Tunisie en l’occurrence était mal vu par les Sénégalais.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *