Sharon opposé une force internationale

«Le Premier ministre (Ariel Sharon) a fait savoir dans le passé qu’il n’accepterait pas le déploiement d’une force internationale composée de représentants de pays étrangers autres que les Etats-Unis », a affirmé jeudi, à la radio militaire, le secrétaire du gouvernement israélien Gideon Saar.
« Il est en revanche prêt à envisager la présence d’un nombre limité d’observateurs uniquement américains, il avait d’ailleurs été question l’an dernier de déployer ce genre d’observateurs à Rafah », dans le sud de la bande de Ghaza, à la frontière égyptienne, a ajouté ce proche collaborateur de Sharon. Gideon Saar a fait ces déclaration peu après que la radio militaire eut fait état d’un document transmis au gouvernement dans lequel pour la première fois le ministère de la défense s’exprime en faveur du déploiement d’une force internationale. Dans ce document, le ministère estime qu’une force internationale est préférable au maintien prolongé de l’occupation des villes palestiniennes ou à un retrait militaire unilatéral sans un arrangement préalable avec l’autorité palestinienne, a ajouté la radio.
Et de préciser que le ministère israélien des Affaires étrangères dans un document interne s’est également prononcé en faveur d’une force internationale.
Pour sa part, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell avait confirmé mardi au Caire que les Etats-Unis étaient disposés à envoyer des observateurs en cas de cessez-le-feu entre Israéliens et Palestiniens, afin d’aider à la reprise d’un dialogue politique. M. Powell a rappelé que l’idée avait été approuvée dans son principe par le président George Bush l’an dernier. «Les Etats-Unis ont déjà dit qu’ils étaient prêts à mettre des observateurs américains sur lee terrain si cela pouvait aider à appliquer des mesures de confiance, restaurer la confiance entre les deux parties et nous ramener là où nous étions il y a quelques années », a-t-il affirmé.
Josep Piqué, le chef de la diplomatie espagnole, dont le pays assure la présidence de l’Union Européenne avait, pour sa part, considéré mercredi comme « probable » que l’ONU envoie une force d’interposition dans les territoires palestiniens, après « un cessez-le-feu et un retrait israélien ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *