Sharon reconnait enfin qu’il y aura un État palestinien

L’armée israélienne a réoccupé la ville de Naplouse, en Cisjordanie, alors que dans la Bande de Ghaza un bébé palestinien de trois ans a été tué et sa mère grièvement blessée, touchés par un tir d’obus.
Sur un autre plan, Sharon et Netanyahu, qui se disputent la direction du Likoud, ont à nouveau affiché publiquement leurs divergences : Sharon affirme que l’Etat palestinien était un fait accompli, alors que Netanyahu refuse cette fatalité. En outre, l’actuel Premier ministre s’est déclaré hostile à l’expulsion de Yasser Arafat préconisée par son chef de la diplomatie. «Il faut qu’il sache qui est Yasser Arafat. Ceci est mon pays, le pays de mon arrière, arrière, arrière-grand-père », a répondu le Présidant palestinien à Netanyahu. Sharon estime qu’à la fin «il y aura un accord politique qui entraînerait la création d’un Etat palestinien» , précisant que cet Etat «existait déjà de fait » et qu’il était personnellement «en faveur d’un accord politique». Interrogé sur l’expulsion de Yasser Arafat, prônée par son rival au Likoud, il a répondu que le Mossad et le Shin Beit avaient recommandé de ne pas le faire parce que le tort causé à Israël serait plus grand.
Il a rappelé qu’il s’était «engagé envers les Etats-Unis à ne pas blesser physiquement» le Président palestinien. Au niveau palestinien, le Hamas en pourparlers au Caire avec le Fatah a rejeté toute idée de mettre fin aux opérations militaires à l’intérieur d’Israël.
Le chef de son bureau politique, Khaled Mechaal a réaffirmé que le Hamas ne pouvait accepter cette requête tant que la Cisjordanie et la Bande de Ghaza sont occupées par l’armée israélienne, car cela reviendrait à une capitulation après l’entrée de l’extrême droite dans le gouvernement Sharon. «Il n’est pas question que le peuple palestinien affronte ce gouvernement en mettant fin à l’Intifada», a défendu Mechaal. Il a aussi soutenu qu’il doutait qu’un arrêt des opérations militaires à l’intérieur d’Israël puisse mettre fin à l’occupation des territoires palestiniens ou redynamiser le processus de paix.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *