Six mois de «pétrole-contre-nourriture»

Une résolution adoptée jeudi à l’unanimité, après que la Tunisie eut renoncé à un amendement qui aurait permis de rendre à l’Irak des avions bloqués en Tunisie et en Jordanie en raison de l’embargo imposé depuis 1990. Une résolution qui vient également comme une carotte, après le bâton que constituent les menaces américaines. La phase actuelle du programme s’achevait vendredi. Au terme de ces six mois, le Conseil adoptera une liste de produits ayant un potentiel militaire que l’Irak aurait l’interdiction d’importer. De source proche du Conseil de sécurité, on explique que l’Irak serait autorisé à importer librement tous les produits ne figurant pas sur cette liste. Il s’agira d’une réforme majeure, abolissant de facto l’embargo sur le commerce en vigueur depuis 11 ans, et rendant inutile le programme « pétrole-contre-nourriture ». Le Conseil de sécurité a fait preuve lors de vote d’une unité qui ne s’était plus vue depuis plusieurs années quand il s’agissait de l’Irak. La résolution réaffirme également que le Conseil s’engage à un «règlement complet» du problème irakien, y compris «toute clarification nécessaire à la mise en oeuvre de la résolution 1284 ». Adoptée il y a deux ans, la résolution 1284 offre à l’Irak la possibilité de voir les sanctions suspendues si Baghdad coopère totalement avec la nouvelle commission de l’ONU sur les armements mise en place pour vérifier si les requêtes du Conseil sur l’élimination des armes de destruction massive sont respectées. Aucune mission d’inspecteurs du désarmement ne s’est rendue en Irak depuis décembre 1998. Baghdad s’est toujours opposé à cette résolution, qui avait été adoptée de justesse par le Conseil de sécurité, sans les voix de trois des cinq membres permanents du conseil (Russie, France, Chine). Baghdad reproche à la résolution 1284 son imprécision, en estimant qu’elle ne spécifie pas précisément quel désarmement est encore nécessaire, qu’elle ne donne pas de calendrier pour la suspension des sanctions, et qu’elle ne précise pas quels arrangements financiers seront en vigueur quand les sanctions seront suspendues et pas encore éliminées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *