Soha Arafat déchue de sa citoyenneté tunisienne

Soha Arafat, veuve de l’ancien président de  l’Autorité palestinienne Yasser Arafat, a été déchue de sa citoyenneté tunisienne sur ordre du président Zine El Abidine Ben Ali et a quitté la  Tunisie, a-t-on appris mardi de sources concordantes. «La nationalité tunisienne acquise par voie de naturalisation par Madame Souha Bent Daoud Ben Jabrane Ettaawil, née le 17 juillet 1963 à Jérusalem, lui  est retirée», selon le texte en français d’un décret en date du 2 août 2007. Ce décret a été publié sans autre précision au Journal officiel de la  République tunisienne et aucune explication n’a pu être obtenue mardi de source  officielle à Tunis sur les raisons du retrait de la nationalité accordée à Soha  Arafat en septembre 2006.
L’ambassadeur palestinien, Suleimane Al-Hirfi, a refusé de commenter ce retrait, et un assistant de Mme Arafat, joint par téléphone à Amman (Jordanie), a affirmé être "sans information" sur son nouveau lieu de résidence.  Par ailleurs, contactées par l’Associated Press, les autorités ont déclaré n’avoir pas de précisions à fournir pour l’instant. Une autre source palestinienne a cependant déclaré que Souha Arafat avait quitté Tunis où elle était établie depuis le décès de son époux à Paris en novembre 2004 à Paris. Elle possède une résidence à Gammarth, une banlieue huppée du nord de Tunis. Selon une autre source anonyme palestinienne, Soha Arafat se serait exilée à  Malte, pays où son frère occupe les fonctions de représentant de l’Autorité palestinienne.
Soha Arafat, 45 ans, privée des droits de citoyenne tunisienne, a quitté la  Tunisie avec sa fille Zahwa, 12 ans, scolarisée à l’école américaine de Tunis. Citoyenne française, Soha a longtemps vécu entre Paris et Tunis, avant de  s’établir de façon permanente en Tunisie, où elle comptait ouvrir une école  internationale à Carthage (banlieue nord de Tunis). La création de cette école annoncée par Mme Arafat au printemps dernier à  la presse, a créé des remous en Tunisie, ses promoteurs ayant été accusés de  provoquer la fermeture de l’établissement rival Louis Pasteur-Bouebdeli, propriété d’un couple franco-tunisien. Descendante d’une famille chrétienne aisée, Souha Arafat était conseillère du dirigeant palestinien qu’elle a épousé secrètement en 1990, selon des informations de presse. Annoncé officiellement en 1992, leur mariage a été suivi par la naissance de leur fille unique Zahwa le 24 juillet 1995, à l’hôpital américain de Paris.
Pour rappel, le décès de son époux, le 11 novembre 2004, a suscité des réactions à travers le monde. La dépouille de Yasser Arafat est inhumée à Ramallah, près de son quartier général.
En fait, le journal Al Hayat, basé à Londres, a relayé ldes accusations d’empoisonnement de Yasser Arafat, formulées par Ahmad Abdul Rahman, qui fut secrétaire du cabinet du président palestinien défunt. Pour de nombreux dirigeants palestiniens, qui en ont fait état publiquement, parmi les opinions arabes et au-delà, Yasser Arafat aurait été empoisonné par les Israéliens. C’est aussi l’opinion de son médecin personnel, le Dr Ashraf Al-Kourdi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *