Sommet arabe : Entretien Assad-Abdellah II

Le président Assad a été accueilli à l’aéroport militaire de Marqa (est d’Amman) par le souverain jordanien puis les deux hommes se sont rendus au palais royal pour un entretien qui, selon Amman, s’inscrit « dans le cadre de la coordination et la consultation en cours sur la tenue d’un sommet arabe », reporté par Tunis où il devait se tenir fin mars.
Le ministre jordanien des Affaires étrangères Marwan Moasher a affirmé aux journalistes que l’entretien, qui a duré près de deux heures, a eu lieu dans « un climat très positif », soulignant la « volonté des deux parties de surmonter tous les obstacles pour parvenir à une entente totale au sommet arabe ». Il a dit s’attendre à ce que « le sommet arabe se tienne en mai, mais ni la date précise ni le lieu n’ont été fixés », insistant toutefois sur le fait que ce Sommet devait se tenir « au plus tôt ».
Le ministre a indiqué que les deux dirigeants n’avaient pas évoqué la question d’un groupe de « terroristes » et de voitures bourrées d’explosifs qui seraient entrés en Jordanie depuis le territoire syrien. « L’enquête se poursuit et nous sommes confiants sur le fait que la Syrie n’est pas du tout responsable de ces opérations. Il n’y avait donc pas de raison d’évoquer » cette affaire, a-t-il ajouté. La porte-parole du gouvernement jordanien Asma Khodr avait déjà assuré le 2 avril que le gouvernement était « certain que les autorités syriennes n’étaient pas au courant » de l’affaire, tout en confirmant que les membres du groupe, arrêtés et soupçonnés de planifier des attaques terroristes dans le royaume, avaient « sûrement traversé (la frontière syro-jordanienne) par des points non-officiels ».
Depuis, les responsables des deux pays ont multiplié les déclarations sur le caractère « fraternel » des relations entre la Jordanie et la Syrie. La visite en Jordanie du président Assad, bien qu’axée officiellement sur le Sommet arabe, prouve que les relations entre les deux pays n’ont pas été affectées par cet épisode, estiment des responsables politiques à Amman.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *