Sydney dans la crainte de l’embrasement

Quelque 150 maisons ont été détruites au cours des trois premiers jours des incendies, qui ont détruit 300.000 hectares, dévastant des parcs nationaux, des fermes et tuant des milliers de moutons.
La moitié des incendies est d’origine criminelle et la police a interpellé depuis le début du sinistre, six hommes et 14 adolescents. La peine maximale pour les pyromanes est de 14 ans de prison en Australie.
Et les mineurs risquent d’être condamnés à nettoyer les maisons des victimes. Pour les responsables de la lutte contre les incendies dans l’Etat des Nouvelles-Galles-du-Sud, «aujourd’hui, c’est le pire jour qu’on puisse imaginer. Nous devons lutter contre un périmètre d’environ 2.000 kilomètres de feu, un jour où l’on ne voudrait faire autre chose que sauter dans une piscine». Les bulldozers ont tracé une trouée de 250 mètres de long pour contenir les flammes, qui s’approchent de plus en plus dangereusement des habitations au nord du quartier d’Epping et au sud de Turramurra, à seulement quinze kilomètres du centre de Sydney.
Auprès des pompiers de l’Etat des Nouvelles-Galles-du-Sud, on craint que le feu n’atteigne le Parc national de Lane Cove. Et des hélicoptères bombardiers d’eau, ainsi que de gros moyens ont été déployés dans cette zone.
Plusieurs centaines de personnes qui avaient évacué leur domicile dans différentes banlieues de Sydney ont pu rejoindre leurs habitations, mais le porte-parole des pompiers des Nouvelles-Galles-du-Sud a indiqué que de nouvelles évacuations pourraient être nécessaires. Bob Debus, le ministre en charge des opérations d’urgence dans cet Etat, a indiqué que 20.000 personnes et plus de 60 avions et hélicoptères étaient désormais engagés dans la lutte contre ces incendies, qui font rage depuis 10 jours. A la Primature, on envisage d’acheter des hélicoptères de type Erickson, capables de larguer 9.000 litres d’eau, en une seule fois.
L’un de ces appareils, loué à l’Etat du Victoria, a permis mardi d’épargner près de 300 maisons autour de Sydney, au prix de 40 allers-retours.
En 1994, quatre personnes avaient été tuées et 185 maisons détruites par les flammes, après que les incendies eurent franchi ce Parc.
Les hélicoptères ont été déployés pour éteindre les feux, qui se sont développés au-delà des barrières, en raison du vent et des températures caniculaires, jusqu’à 35° Celsius, qui rendent le travail des sauveteurs extrêmement difficile.
Les assureurs ont estimé que la facture de ces incendies dépasserait les 29 millions de dollars, versés en 1994. L’Australie moderne a connu ses pires incendies en février 1983, quand 72 personnes avaient été tuées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *