Turquie : Nouvelle attentat meurtrier contre des policiers

Turquie : Nouvelle attentat meurtrier contre des policiers

Au moins huit policiers ont été tués, vendredi 26 août 2016, dans une attaque au véhicule piégé dans la ville de Cizre (sud-est de la Turquie) attribuée au mouvement rebelle du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

L’attaque au camion bourré d’explosifs s’est produite vers 6H40 locale (GMT+3) à un point de contrôle à 50 m du quartier-général de la police anti-émeute dans cette ville, considérée comme un des bastions de la rébellion dans la province de Sirnak frontalière avec l’Irak et la Syrie et où un couvre-feu avait été imposé plus de deux mois lors de la vaste opération lancée par les forces de sécurité pour en déloger les rebelles.

Ce nouvel attentat a également fait 45 blessés dont deux dans un état critique et la puissante explosion a sérieusement endommagé le quartier-général et plusieurs autres habitations et commerces avoisinants, selon le gouverneur de la province.

Mercredi, cinq militaires turcs ont péri dans deux attaques distinctes de la rébellion. Le PKK a intensifié ses violentes attaques contre les forces de sécurité turques après plusieurs semaines d’accalmie dont trois à la voiture piégée, la semaine dernière, ont fait plus de vingt tués et plus de trois cent blessés.

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a exclu, samedi, toute reprise de dialogue avec le PKK. « Nous n’avons rien à discuter avec les tueurs et nous n’allons pas engager le dialogue avec une organisation terroriste », a-t-il affirmé ajoutant que « le PKK n’avait pas fait bon usage du précédent processus de paix ».

Au moins 7.700 rebelles ont été tués ou capturés, depuis juillet 2015, à l’intérieur du pays et dans les raids aériens des avions de combats turcs dans le nord de l’Irak (bases-arrières du PKK) et près de 600 membres des forces de sécurité (soldats, policiers er gardiens de village) ont péri dans les attaques du PKK.

Ankara avait initié en automne 2012 un processus de réconciliation avec le PKK pour mettre fin au conflit armé de trois décennies ayant fait plus de 40.000 tués. Mais deux ans et demi plus tard, ce processus a volé en éclats avec la reprise des attaques contre les forces de sécurité après l’attentat-suicide de Suruç, le 20 juillet 2015, qui avait fait 34 tués parmi des sympathisants du mouvement kurde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *