Un an avant de partir, Bush appelle à ne pas compromettre «le succès» en Irak

Dans son dernier discours annuel, le président George W. Bush a prévenu les Américains qu’ils devaient encore s’attendre à de durs combats en Irak, mais que la sécurité s’était considérablement améliorée et qu’il entendait consolider et capitaliser en 2008 sur les progrès accomplis. «Nous avons porté de rudes coups à nos ennemis en Irak. Ils ne sont pas encore vaincus et nous devons encore nous attendre à de durs combats», a-t-il dit selon des extraits de son discours
Bush a mis en garde contre le regain de violence ou le renouveau d’Al-Qaïda qu’entraînerait un retrait précipité selon lui, mais réclamé par une majorité d’Américains. «Membres du Congrès, après être arrivés aussi loin et avoir accompli autant, nous ne devons pas permettre cela», a lancé Bush dans ce qui devrait être son dernier discours sur l’état de l’Union, prononcé dans une période de campagne électorale dont l’après-Bush en Irak est un enjeu majeur.
Les soldats américains cèdent progressivement aux Irakiens la conduite des opérations, pour se consacrer davantage à une mission de protection et de supervision, a-t-il dit.
Ce que les Américains, majoritairement opposés à la guerre et favorables à un désengagement, attendent de savoir, c’est si Bush décidera de nouveaux retraits de troupes, au-delà des 30.000 hommes qu’il entend faire rentrer d’ici à juillet. Les responsables de l’administration ont souligné que Bush comptait attendre un rapport prévu au printemps sur la situation en Irak pour décider ou non de nouveaux retraits.
À l’aube des douze derniers mois de présidence Bush, la santé de l’économie et la guerre en Irak arrivent en tête des inquiétudes des Américains. Dans cette allocution se retournant volontiers sur ses sept années de présidence, M. Bush a dressé un bilan favorable des progrès accomplis en Irak, non seulement dans le domaine militaire, mais aussi politique.
Un an plus tôt, l’Irak était au bord du chaos et Bush avait pris la décision controversée de renforcer les effectifs américains. Selon Bush, cette décision a produit «des résultats que peu d’entre nous auraient imaginés il y a tout juste un an». «Nous avons porté de rudes coups à nos ennemis en Irak. Ils ne sont pas encore vaincus et nous devons encore nous attendre à de durs combats», a-t-il mis en garde. L’objectif, en 2008, est de consolider et de capitaliser sur les gains de 2007. Selon une enquête d’opinion pour la chaîne NBC et le quotidien The Wall Street Journal, 64% des Américains désapprouvent la manière dont M. Bush gère les affaires économiques et 67% celle dont il conduit la guerre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *