Un chroniqueur condamné à six mois de prison ferme

Le journaliste a également été condamné à une amende de 250.000 dinars (2.500 euros environ), selon la même source.

"La condamnation de Hakim Laâlam est significative de l’incapacité de ceux qui dirigent le pays à respecter un seuil minimum de liberté et de démocratie pour les Algériens", a estimé M. Boughanem.

Hakim Laâlam était poursuivi pour une chronique intitulée "la fessée", brocardant le président Bouteflika.

Cette chronique avait été publiée le 21 août 2003 dans le quotidien francophone Liberté en signe de solidarité au moment où des journaux privés, dont Le Soir d’Algérie, avaient été suspendus pour non paiement de leurs frais d’imprimerie.

Le 22 janvier, un correspondant du quotidien arabophone El Khabar à El-Bayadh (550 km au sud-ouest d’Alger) avait été incarcéré pour purger une peine de prison d’un mois pour diffamation.

Le journaliste, qui a été libéré le 21 février, avait fait l’objet d’un mandat d’amener après avoir été condamné par défaut à un mois de prison ferme en septembre 2005 par le tribunal de Naâma, à quelque 600 km au sud-ouest d’Alger.

Fin juin, deux journalistes du quotidien Liberté ont été condamnés à 6 mois de prison ferme pour offense au chef de l’Etat, et une journaliste d’El Watan à deux mois avec sursis pour diffamation.

Le 19 avril 2005, cinq journalistes du Matin, qui a cessé de paraître depuis le 24 juillet 2004, avaient été condamnés à des peines allant de deux à trois mois de prison ferme dans deux affaires de diffamation.

Le directeur du Matin Mohamed Benchicou, qui purge depuis juin 2004 une peine de deux ans de prison ferme, avait été également condamné à 2 et 3 mois ferme dans ces deux affaires.

M. Benchicou avait été condamné le 14 juin 2004 à la suite d’une plainte du ministère des Finances pour "infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux", après la découverte de bons de caisses dans ses bagages à l’aéroport d’Alger, en août 2003.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *