Un employé de l’ONU licencié et six autres suspendus pour des agressions sexuelles au Congo-Kinshasa

Les Nations unies ont licencié un de leurs employés et suspendu six autres suite à des accusations d’agressions sexuelles sur la population dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l’ONU en République démocratique du Congo (RDC, Congo-Kinshasa). Les accusations d’agressions sexuelles visant des employés de l’ONU ou des soldats participant à des missions de maintien de la paix en RDC ou dans d’autres pays ont considérablement entaché la réputation des Nations unies. L’organisation a pris des mesures pour remédier à cette situation, mais a reconnu en janvier que ces pratiques avaient toujours cours au sein de ses forces de maintien de la paix. Jeudi, le porte-parole des Nations unies Fred Eckhard a fait savoir que des poursuites avaient jusqu’ici été intentées contre 17 employés de la mission en RDC. En plus de l’employé licencié et des six autres suspendus, un a démissionné et le cas d’un autre est toujours étudié, a-t-il précisé. Le porte-parole Eckhard a également fait savoir que les accusations pesant contre trois personnes s’étaient révélées infondées. Parmi ces accusés blanchis figurent notamment Jacque Grinberg, l’ancien chef d’état-major la force de maintien de la paix des Nations unies en RDC (MONUC). Quelque 16.700 soldats de la paix onusiens sont actuellement déployés en RDC pour superviser le retour à la paix au Congo-Kinshasa, après la guerre de 1998-2002 à laquelle six pays de la région ont pris part.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *