Un nouveau conseil OTAN-Russie

Cette nouvelle instance est censée symboliser le rapprochement entre les deux grandes puissances depuis les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Quelques divergences «marginales» subsistaient toutefois à la veille de la réunion.
Un rendez-vous fixé dans la capitale islandaise pour peaufiner le fonctionnement de ce nouveau « conseil à 20 » (les 19 alliés et la Russie) qui devrait permettre des prises de décisions communes entre Moscou et les pays de l’Alliance Atlantique-nord dans un certain nombre de domaines. Notamment la lutte contre le terrorisme, la gestion des crises, la non-prolifération des armes de destruction massive, le contrôle des armements, le sauvetage en mer, et les plans civils d’urgence. Le texte d’accord qui devrait découler de cette réunion, sera signé par les chefs d’Etat et de gouvernement lors d’un prochain sommet OTAN-Russie à Rome le 28 mai.
A Reykjavik, les ministres des Affaires étrangères devaient également faire le point sur le futur élargissement de l’OTAN, qui doit être décidé lors du sommet de Prague en novembre. Neuf pays sont officiellement candidats : les trois pays baltes, la Slovaquie, la Slovénie, l’Albanie, la Macédoine, la Bulgarie et la Roumanie. La réunion de mardi concernait enfin les mesures à prendre pour moderniser l’OTAN et renforcer ses capacités militaires dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les Etats-Unis reprochent à l’Europe de ne pas investir assez en la matière.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *