Un problème technique serait à l’origine de l’accident

Un problème technique serait à l’origine de l’accident

Un problème technique semble être à l’origine de l’accident d’un Tupolev-154 d’une compagnie iranienne qui a fait 168 morts et des experts russes sont attendus à Téhéran pour aider à déterminer les causes de la catastrophe, ont déclaré jeudi des responsables iraniens.
«Le pilote n’était probablement pas responsable et nous pensons que l’accident est probablement dû à un problème technique», a déclaré Ahmad Majidi, responsable de l’unité de crise mise en place au ministère des Transports, cité par l’agence Mehr. Cinq experts russes sont attendus vendredi à Téhéran pour participer à l’enquête sur l’accident de l’avion de la Caspian Airlines qui s’est écrasé mercredi dans le nord de l’Iran laissant aucun survivant, a dit le porte-parole de l’aviation civile Reza Jafarzadeh, selon l’agence Irna. Les trois boîtes noires de l’appareil de construction russe ont été retrouvées, selon des responsables. Deux d’entre elles au moins ont été endommagées «de sorte que les bandes d’enregistrement ont été retrouvées sur le sol», a dit, M. Majidi ajoutant que ces bandes pourraient être envoyées en Russie pour examen. Ahmad Esfandiari, un responsable du Croissant-rouge iranien, a ajouté que la troisième boîte noire avait été découverte à quatre kilomètres du lieu du crash. L’appareil effectuait la liaison Téhéran-Erevan, la capitale de l’Arménie, lorsqu’il a pris feu et s’est écrasé dans le nord de l’Iran, tuant ses 153 passagers et 15 membres d’équipage. «L’explosion a été si forte et l’impact si grand que tous les corps ont été désintégrés et nous n’avons trouvé aucun corps intact», a déclaré Mohammad Ali Ahani, chargé de la gestion des catastrophes dans la province de Qazvin, selon Mehr. Après la plus grave catastrophe aérienne à frapper l’Iran en plusieurs années, les critiques publiques se sont multipliées contre l’utilisation d’avion d’occasion, en particulier les Tupolev.
«Nouveau cadeau de Tupolev», titre en Une le quotidien Hezbollah. «Tupolev a encore fait des victimes», titre Hamshahri. Le quotidien réformateur Mardomsalari publie à la Une un dessin montrant un avion en forme d’ange noir de la mort qui descend en flèche et sur lequel est marqué «made in Russia». «Les chariots de mort russes ont encore crée un accident dans le ciel iranien. 168 morts et encore un Tupolev», ajoute-t-il en évoquant plusieurs accidents des dernières années qui ont fait des dizaines de morts à chaque fois. «Le Tupolev est considéré comme le moins sûr des avions dans le monde et n’a pas le droit de voler en Europe et aux Etats-Unis (…) mais la plupart des compagnies iraniennes utilisent des Tupolev-154», affirme encore le journal.
Le quotidien réformateur Etemad Melli note que «certains responsables de l’aviation et des compagnies aériennes locales lient leur incapacité à acheter des avions sûrs aux sanctions» américaines empêchant l’Iran d’acquérir des Boeing ou Airbus. Mais il se demande «comment ces dernières années certaines compagnies non gouvernementales iraniennes ont pu acheter des avions neufs et modernes» occidentaux. Selon le journal, les problèmes financiers et la pression du gouvernement pour que le prix des billets n’augmente pas obligent aussi les compagnies à ne pas respecter les règles de sécurité et standards internationaux. Le tri-réacteur Tu-154 a effectué son premier vol commercial en 1972 et sa fabrication a été arrêtée en 1994.

Siavosh Ghazi
(AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *