Un Ramadan sur fond de crainte d’une propagation de la grippe

Un Ramadan sur fond de crainte d’une propagation de la grippe

Mois de prière, de recueillement et de réconciliation entre les musulmans, le Ramadan est célébré cette année en Egypte sur fond de crainte d’une forte propagation de la maladie de la grippe porcine dans un pays qui détecte quotidiennement des dizaines de nouveaux cas. En dépit des garanties données par les autorités, le nombre de plus de plus croissant de cas de personnes touchées par le virus A/H1N1 -plus de 600 cas jusqu’à présent- commence à susciter l’angoisse de l’opinion publique égyptienne. Pour contenir l’expansion de la maladie, qui a eu des effets négatifs sur plusieurs secteurs, notamment celui du transport aérien et du tourisme, le gouvernement a pris des mesures radicales en décidant l’interdiction aux personnes âgées de moins de 25 ans et de plus 65 ans de se rendre à La Mecque pour accomplir la Omra. Cette mesure, appliquée à la lettre par les autorités de l’aéroport du Caire, a suscité la réprobation des agences de voyages qui avaient déjà fait les réservations et qui attendaient le mois de Ramadan pour espérer amortir les effets de la crise économique sur le secteur. Concernés par cette mesure ou craignant d’être touchés par la maladie, des centaines, voire des milliers de candidats à la Omra, ont annulé leur voyage. Dans ce sens, les professionnels du secteur indiquent que les réservations pour la Omra ont baissé de 40%. Concernant les réservations pour le pèlerinage, la situation est plus alarmante avec une chute de plus de 50%, surtout que ce rite coïncide cette année avec l’hiver, une saison propice au développement et à la propagation de la maladie. Pour le président de la Chambre des agences de voyages, Khaled Al-Manawi, «si les annulations continuent de cette manière, plus de 800 agences de voyages opérant dans le domaine subiront des pertes énormes».Le quotidien pro-gouvernemental «Al Ahram», a qualifié d’«irresponsables» ces déclarations alarmistes des professionnels du tourisme qui défendent leurs propres intérêts sans soucier de l’intérêt général, selon le journal. Le journal, qui tient le ministère de la Santé pour responsable de cette «anarchie», relève que l’interdiction d’effectuer la Omra ne concerne que 20 à 30% des candidats et que la mesure affectera seulement entre 10 et 30% des bénéfices des agences de voyages. Selon la Banque centrale, les agences de voyages engrangent annuellement un chiffre d’affaires d’environ trois milliards à l’occasion de la Omra et du pèlerinage. Pour faire face à une éventuelle pandémie, le gouvernement égyptien, qui a pris d’autres mesures préventives au niveau des ports et aéroports et décidé l’abattage de porcs, envisage d’acheter 5 millions de doses de vaccin contre la grippe porcine, un chiffre qui pourrait monter à 10 millions à l’hiver. Dans la rue cairote, l’on parle peu d’influenza, les Egyptiens s’intéressant plutôt au Ramadan et à la table de la rupture du jeûne.

Mahmoud EL KALI
(MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *