Une arme controversée pour assurer la sécurité

Une arme controversée pour assurer la sécurité

Vêtus d’un gilet jaune, un talkie-walkie à la main pour prévenir la police, des bénévoles patrouillent dans Vérone: le gouvernement de Silvio Berlusconi a légalisé récemment ces «rondes» controversées que la gauche n’hésite pas à comparer au fascisme. Giuliano, Paolo et Samuele font le tour du quartier de la basilique de San Zeno Maggiore à la tombée de la nuit. Membres de l’Association des pêcheurs de Vérone (nord-est), ils sont devenus «assistants civiques» depuis que la mairie, tenue par le parti populiste de la Ligue du Nord, a mis en place des rondes il y a un an. «Nous sommes des caméras avec des jambes», explique Gilberto Domenechini, le président de l’association. Remarquant que la porte cadenassée d’un squat a été forcée, ils préviennent la police qui «interviendra cette nuit». Au total, une centaine de bénévoles patrouillent dans la ville de Roméo et  Juliette. Des rondes spontanées existent dans le nord de l’Italie depuis une dizaine d’années et étaient souvent le fait de militants de la Ligue du Nord. Mais le gouvernement, qui a fait de la sécurité l’une de ses priorités, a décidé de les légaliser et un texte entré en vigueur en août les réglemente. Les «volontaires», qui peuvent être des policiers à la retraite, doivent patrouiller à pied à trois maximum, ne pas être armés et ne pas faire partie d’un mouvement politique. Cette loi fixe un cadre mais c’est ensuite aux maires de mettre les patrouilles sur pied. La mesure n’a pas pour le moment rencontré un grand succès et de grandes villes comme Naples ou Venise refusent d’organiser des rondes. A Vérone, elles sont devenues l’un des piliers de la politique en matière  de sécurité. «Les assistants civiques patrouillent et font revenir les citoyens dans des zones mal fréquentées où ils n’avaient plus le courage d’aller. Les forces de l’ordre peuvent s’occuper d’autre chose» et «il y a eu une forte baisse des délits», se félicite le maire Flavio Tosi. «Il y a deux ans et demi, vous auriez trouvé plein de vendeurs à la sauvette, des laveurs de vitre à chaque feu, une situation de dégradation liée à la présence de camps nomades, des situations qui n’existent plus», ajoute-t-il. «Notre seule présence éloigne les délinquants, ils changent peut-être de lieu», reconnaît M. Domenechini «mais au moins ils ne sont plus dans les parcs qui doivent servir aux enfants, aux retraités». «Nous sommes plus en sécurité. Avec tous ces immigrés, ce n’était pas très tranquille», lance Paola Fontani, femme au foyer de 66 ans. «C’est une ville fondamentalement tranquille», rétorque Matteo Mischi, pharmacien de 38 ans, assurant que cela n’a rien changé, et dénonçant les diatribes anti-immigrés de certains de ses concitoyens, en rappelant que «c’est le même discours (qui était employé) dans les années 1960 contre les gens du sud» de l’Italie. Le Vatican avait condamné la création de ces rondes, estimant qu’elles  représentaient «une abdication de l’Etat de droit». Pour l’opposition de gauche, elles sont dangereuses et font penser au régime mussolinien, alors que pour le maire de Vérone, «il n’y a aucun danger de dérive idéologique».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *