Une ONG israélienne accuse Tsahal d’avoir violé les droits humanitaires

Une Organisation non gouvernemental (ONG) israélienne a accusé lundi 23 mars l’armée israélienne d’avoir violé le code d’éthique médicale lors de son offensive dans la bande de Gaza (27 décembre 2008 à 18 janvier 2009), en entravant l’évacuation de blessés et en attaquant des secouristes palestiniens.
L’ONG Médecins pour les Droits de l’Homme (PHR) a affirmé dans un rapport que «durant le conflit dans la bande de Gaza, les soldats israéliens ont violé de façon répétée l’éthique de l’armée et les droits humanitaires de base, d’une manière qui soulève des suspicions de violation de la loi internationale concernant les blessés et la sécurité des équipes médicales».
Selon le rapport, dans plusieurs cas, les forces israéliennes «n’ont pas autorisé l’évacuation de civils blessés, bloqués (sur les champs de bataille) pendant plusieurs jours, et ont laissé des civils sans nourriture et sans eau pendant des périodes considérables».
«Il ressort de ces incidents que l’armée a non seulement empêché l’évacuation de familles assiégées et blessées mais a aussi interdit aux équipes médicales palestiniennes de les atteindre». Selon PHR, 16 secouristes palestiniens ont été tués par des tirs israéliens et 25 autres ont été blessés en accomplissant leur travail durant l’offensive israélienne.
Durant la même période, l’armée israélienne a attaqué 34 établissements médicaux, dont huit hôpitaux et 26 dispensaires, a ajouté l’ONG.
Ces actions constituent une violation «du code éthique dans la lutte contre le terrorisme» adopté par l’armée israélienne en 2004 et les préceptes de la loi internationale interdisant les attaques contre les établissement médicaux en temps de guerre, affirme PHR.
Le président de PHR, Dani Filc, a appelé à une «enquête neutre» sur ces violations.
Réagissant à ce rapport, l’armée a souligné dans un communiqué que les «allégations» de PHR avaient déjà fait l’objet d’un recours présenté par l’organisation non gouvernemental (ONG) à la Cour suprême, et que cette dernière l’avait rejeté.
L’armée a néanmoins mené sa propre enquête sur la question et entend en publier les conclusions lorsque elle sera achevée, ajoute le communiqué.
Tsahal a aussi accusé les combattants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza de s’être servis durant le conflit «de véhicules, d’établissements et d’uniformes médicaux pour dissimuler et camoufler des activités terroristes».
Jeudi dernier, des organisations israéliennes de défense des droits de l’Homme avaient réclamé une «enquête indépendante» sur les «crimes de guerre» de l’armée israélienne dans la bande de Gaza à la suite de nouveaux témoignages de soldats sur des tirs contre des civils.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *