Venezuela : Chavez mobilise l’armée

Munis de barres de métal et lançant des gaz lacrymogènes, les membres de la Garde nationale ont dispersé samedi un groupe de manifestants avant de reprendre le contrôle de la Panamco, la plus grande entreprise de mise en bouteille du Venezuela, située à 160 km à l’ouest de Caracas. Ils en ont fait de même pour la Empresas Polar, spécialisée dans la production de bière et d’alimentation, et bien d’autres entreprises d’envergure.
Ces opérations contre des propriétés privées – qui ont suivi celles concernant l’industrie pétrolière nationale – ont déclenché les critiques de l’opposition qui a encore accusé M. Chavez de diriger le pays comme un « dictateur » et dit craindre que le président ne mette en place un « régime communiste à la cubaine ».
Dans un discours sur l’état de la Nation vendredi, le chef d’Etat vénézuélien avait pour sa part répété qu’il n’entendait pas se laisser faire. « Vous avez devant vous un gouvernement démocratique qui combat des fascistes, des terroristes qui fomentent des coups d’Etat », avait-il expliqué. « Il ne peut y avoir de dialogue et il n’y aura pas de dialogue ». Avertissements auquel plus de 100.000 opposants ont répondu samedi soir en défilant – comme ils le font de façon quasi-quotidienne depuis le 2 décembre 2002 – dans les rues de Caracas.
Les protestataires ont encore demandé la démission du président et manifesté leur soutien à l’organisation d’un référendum sur le mandat de M. Chavez. Depuis plusieurs jours, les banques se sont aussi jointes au mouvement en réduisant leurs horaires alors que les chaînes acquises à l’opposition passent des messages anti-Chavez et pro-grèves à longueur de temps.
La médiation internationale – le « groupe d’Amis du Venezuela » composé du Brésil, du Chili, du Mexique, des Etats-Unis, de l’Espagne et du Portugal – a par ailleurs elle aussi été mise à mal par l’« ambiance surchauffée » qui règne dans le pays, les négociations entre les deux camps ayant été suspendues vendredi jusqu’à ce lundi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *