Violences en Cisjordanie et dans la bande de Gaza

Quatre Palestiniens et deux Israéliens ont été tués dans des violences jeudi à Gaza et en Cisjordanie. À Naplouse, deux soldats israéliens, dont un officier, ont été tués et deux autres blessés, par des militants palestiniens armés de fusils d’assaut et de grenades, qui ont été ensuite abattus. Les deux Palestiniens ont attaqué une position militaire israélienne et un accrochage s’en est suivi. Un peu plutôt, dans la ville de Gaza, deux infirmiers palestiniens ont été assassinés par les tirs d’un hélicoptère militaire israélien qui a ouvert le feu sur une zone située dans la proximité immédiate d’un hôpital pour personnes âgées.
Les infirmiers se trouvaient devant la porte principale de l’hôpital et sont sortis dans la cour quand les tirs ont commencé. Ils ont été tués sur le coup, alors que plusieurs balles ont atteint l’établissement. L’armée israélienne a en outre lancé des raids dans sept villages du secteur de Jénine. Des coups de feu ont été entendus dans certains villages où des militaires israéliens procédaient à des violations de domiciles, maison par maison. D’immenses rafles s’en ont suivies.
Sur le plan diplomatique, le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Maher a annoncé avoir reçu un appel téléphonique de son homologue israélien Benjamin Netanyahou qui lui a exprimé la volonté d’entamer un dialogue pour parvenir à la paix. M. Maher lui répondu qu’il était « prêt à entamer un dialogue avec lui, sur des bases saines, dans le but de parvenir à un règlement juste et global» du conflit.
Le lobby juif s’est réactivé auprès de l’Europe en poussant l’office de l’Union européenne (OLAF) à ouvrir une enquête sur un soi-disant détournement de fonds communautaires octroyés à l’Autorité palestinienne. La Commission européenne, qui décide de l’octroi de ces fonds, a démenti tout détournement. Elle a assuré que les contrôles en vigueur actuellement suffisent à prévenir les dérapages et noté que le Fonds monétaire international contrôlait aussi la manière dont l’argent était dépensé. «C’est normal que l’office anti-fraude, indépendant, choisisse, de lui-même, d’enquêter sur les allégations, conformément à sa réglementation de tolérance zéro».
Cette initiative a été prise, il faut le rappeler, à la suite de la mobilisation de députés européens pro-israéliens, qui ont réuni des signatures pour justifier la création de cette commission d’enquête spéciale. L’Union européenne est le premier fournisseur d’aides à l’Autorité palestinienne, avec 10 millions d’Euros par mois, destinés à contribuer au budget de fonctionnement des institutions palestiniennes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *