Washington met en garde ses ressortissants

Washington a averti, mardi, les ressortissants américains résidant ou désirant se rendre au Mali sur la situation sécuritaire préoccupante au nord du pays, y compris à la frontière avec l’Algérie, où la présence d’«Al-Qaïda au Maghreb Islamique» (AQMI, ex-GSPC algérien) et d’autres groupes armés constitue une menace potentielle pour les voyageurs.
Dans un bulletin d’alerte destiné aux voyageurs, le département d’Etat a conseillé aux ressortissants américains d’éviter de se rendre au nord du Mali en raison des conditions de sécurité, en particulier aux frontières entre le Mali et l’Algérie et entre le Mali et le Niger, ainsi que dans la région du Kidal, les zones au nord de Tombouctou et la ville de Tinzawaten. «Al Qaïda au Maghreb islamique, qualifiée d’organisation terroriste par les Etats Unis, a une présence au nord du Mali. La présence d’AQMI et d’autres groupes armés au nord du pays pose des dangers potentiels aux voyageurs», a précisé le bulletin d’alerte qui a aussi mentionné un récent conflit armé, des kidnappings, des vols à main armée et la présence de mines antipersonnel.
Le bulletin d’alerte, diffusé le jour même où le président George W. Bush a examiné à la Maison-Blanche avec son homologue malien, Amadou Toumani Touré, les menaces que constituent les militants radicaux et extrémistes associés avec des groupes comme Al Qaïda et la nécessité de coopérer étroitement dans la lutte contre le terrorisme, a rappelé l’assassinat le 24 décembre dernier de quatre touristes français en Mauritanie par «»des bandits probablement liés à AQMI’’ ainsi que l’assassinat quelques jours plus tard de quatre soldats mauritaniens par des terroristes présumés. Le bulletin, qui rappelle d’autres incidents survenus en territoire malien depuis l’été dernier (mort de 14 personnes quand un camion venant d’Algérie a sauté sur une mine, attaque et détournement de convois civils et militaires près des frontières avec le Niger, vol à main armée au nord de Tombouctou), insiste sur le fait que ces récentes activités et la nature poreuse des frontières nord du Mali renforcent les inquiétudes quant aux conditions sécuritaires dans cette partie du pays.
Les ressortissants américains, qui veulent se rendre au nord du Mali en dépit de cet avertissement, y compris ceux qui veulent assister aux festivals de musique organisés dans la région, doivent prendre attache avec le département d’Etat ou l’ambassade américaine à Bamako, souligne le bulletin qui expire le 6 août 2008.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *