38ème Moussem culturel international d’Asilah : Lutter contre la balkanisation, le défi commun des Africains

38ème Moussem culturel international d’Asilah : Lutter contre la balkanisation, le défi commun des Africains

M. Amrani a tenu à mettre en avant le modèle de régionalisation adopté par le Royaume, visant à faire contribuer les différentes composantes du peuple marocain à la gestion de l’Etat. Ce qui permet «la prise en compte des besoins et aspirations des citoyens», a-t-il dit, faisant remarquer, entre autres, «les spécificités régionales du pays».

Avec ses abondantes ressources naturelles et la vitalité et l’ingéniosité de sa jeunesse, l’Afrique, qui compte actuellement 1,2 milliard d’habitants (destinés à doubler en 2050), est appelée à faire preuve d’inventivité dans la recherche de solutions novatrices, en multipliant les réflexions et les analyses stratégiques aux plans politique, économique et sécuritaire, pour mieux répondre aux attentes des peuples africains. C’est dans ce contexte que vient de se dérouler, à Asilah, un colloque sous le thème «L’intégrité territoriale et la sécurité nationale : le sort de l’Afrique», et ce dans le cadre de la 31ème session de l’Université d’été Al Moutamid Ibn Abbad. Les participants à ce colloque ont appelé à la conjugaison des efforts afin d’assurer la sécurité et la stabilité en Afrique.

Intervenant à cette occasion, Youssef Amrani, chargé de mission au Cabinet royal, a affirmé que le continent africain, qui continue de se présenter comme l’une des plus importantes réserves des ressources naturelles, a réussi à prendre le pas sur lui-même pour offrir de meilleures opportunités pour ses partenaires. L’intervenant a tenu à rappeler que, dans ce contexte, le Maroc a toujours fait preuve de son engagement pour la mise en place d’un Etat de droit démocratique et des institutions pour un Etat moderne. M. Amrani a fait part que le Royaume continue de mettre le paquet sur le développement économique, politique et social, tout en ayant l’Homme au centre de ses principales préoccupations.

Et ce, «dans le respect de son identité fondée sur l’unité, le pluralisme et l’ouverture, tels que consacrés par la nouvelle Constitution de 2011, initiée par SM le Roi Mohammed VI», a-t-il souligné. M. Amrani a tenu à mettre en avant le modèle de régionalisation adopté par le Royaume, visant à faire contribuer les différentes composantes du peuple marocain à la gestion de l’Etat. Ce qui permet «la prise en compte des besoins et aspirations des citoyens», a-t-il dit, faisant remarquer, entre autres, «les spécificités régionales du pays». De son côté, Mohamed Cheikh Biadillah, président de la Ligue des conseils de la choura, des sénats et des conseils similaires d’Afrique et du monde arabe, qui intervenait lors de la cérémonie d’ouverture du 38ème Moussem culturel d’Asilah, a appelé à la consolidation en matière de la démocratie, de l’éducation et de l’enseignement et de la coopération Sud-Sud, tout en se basant sur une confiance mutuelle.

L’intervenant a ensuite attiré l’attention sur la question du Sahara qui est en réalité un problème maroco-algérien. Il a tenu à rappeler que les présidents qui se sont relayés, depuis Feu Houari Boumediene, au gouvernement algérien, ont toujours fait du Sahara leur affaire personnelle.

Grâce au lancement du programme de développement des provinces du Sud pour un investissement de 77 milliards de dirhams, à l’initiative de SM le Roi Mohammed VI, ces provinces sont destinées à «avoir une place de choix parmi les autres régions du Royaume», a dit M. Biadillah.  Pour sa part, Virginie Amoko Kouvahe, ambassadeur-inspecteur des missions diplomatiques et consulaires togolaises, a encouragé les pays africains à augmenter leurs échanges commerciaux, qui ne sont qu’à hauteur de 14%. Elle a mis en garde contre ceux qui souhaitent la division de l’Afrique et sa balkanisation. Organisé par la Fondation du Forum d’Asilah, ce 38ème Moussem d’Asilah se distingue, en plus de ce premier colloque, par trois autres portant sur des thèmes d’actualité dont la gouvernance et les organisations de la société civile.

«Le moment phare de cet événement sera l’annonce du nom du gagnant du prix Mohamed Zafzaf retenu par le jury. Les arts plastiques s’invitent à cette édition à travers divers ateliers et expositions», a souligné Mohamed Benaïssa, secrétaire général de la Fondation du Forum d’Asilah.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *