70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : Migrants, ces oubliés de l’équation

70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : Migrants, ces oubliés de l’équation

Le nombre total des travailleurs migrants en 2013 a atteint cette année-là environ 150,3 millions de personnes, ce qui représente à peu près deux tiers de la population mondiale de migrants internationaux (232 millions).

Le 10 décembre 2018, le monde célébrera le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH). Une date qui coïncide avec la tenue actuellement au Maroc de deux événements majeurs.

Il s’agit du Forum mondial sur la migration et le développement et le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières qui se déroulent du 5 au 7 décembre pour le premier et du 10 au 11 du même mois pour le second. Ces deux rendez-vous constituent une occasion pour les Etats participants de s’arrêter sur ce qui constitue l’une des composantes des droits de l’Homme, à savoir les droits des migrants, notamment à travers la Convention internationale sur les travailleurs migrants et les membres de leurs familles et de faire le point sur les droits accordés à cette partie vulnérable de la société.

«Certains pays du Nord n’ont pas signé et ratifié la convention sur les droits de migrants. Elle n’a été signée et ratifiée à ce jour que par les pays du Sud», relève Driss El Yazami, en sa qualité de président du Conseil national des droits de l’Homme.

Et pour cause, «la convention sur les droits des migrants fait partie des 9 textes qui constituent le noyau dur du droit international des droits de l’Homme», explique-t-il ajoutant que certains de ces pays «défendent le principe de non discrimination et l’application des droits de l’Homme de toutes les catégories de victimes – et ils ont raison de le faire – mais refusent de donner application à cette convention parce qu’elle donne un certain nombre de droits aux immigrés en situation irrégulière. C’est un paradoxe que je ne comprends pas, qui n’est pas défendable et qu’il faut toujours rappeler». En termes de chiffres, le rapport sur «l’état de la migration dans le monde 2018» de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime que le nombre total des travailleurs migrants en 2013 a atteint cette année-là environ 150,3 millions de personnes, ce qui représente à peu près deux tiers de la population mondiale de migrants internationaux (232 millions).

Plus globalement, l’Europe et l’Asie accueillent chacune environ 75 millions de migrants, soit 62% de la population mondiale totale de migrants internationaux en 2015. Ces deux régions sont suivies par l’Amérique du Nord avec 54 millions en 2015 (22%), l’Afrique (9%), l’Amérique latine et les Caraïbes (4%) et l’Océanie (3%).

Rapporté à la taille de la population dans chaque région, c’est en Océanie, en Amérique du Nord et en Europe que la part de migrants internationaux était la plus élevée en 2015, avec respectivement 21, 15 et 10% de la population totale.

En comparaison, la part de migrants internationaux est relativement faible en Asie et en Afrique (1,7% dans les deux cas) et en Amérique latine (1,5%). L’Asie est toutefois la région où la croissance de la population migrante résidente entre 2000 et 2015 a été la plus notable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *