Accréditations aux élections : ça chauffe à l’Istiqlal

Accréditations aux élections : ça chauffe à l’Istiqlal

Un membre du comité exécutif suspendu en attendant son expulsion du parti
Une première victime de la course aux accréditations pour les élections au sein de l’Istiqlal. Le parti vient d’annoncer la suspension d’un membre du comité exécutif, l’une des plus hautes instances du parti, en attendant son expulsion définitive des rangs de l’Istiqlal. Il s’agit de Mohamed Saoud qui aurait eu dernièrement une vive altercation avec le secrétaire général du PI, Hamid Chabat. Le clash entre les deux hommes a éclaté suite aux accusations portées par Mohamed Saoud contre la direction du parti. Ce dernier a évoqué notamment un manque de transparence dans la procédure des élections des candidats istiqlaliens pour les prochaines élections législatives prévues au mois d’octobre prochain. M. Saoud aurait même évoqué «l’achat» des accréditations pour le scrutin. Difficile de vérifier la nature et la teneur des propos échangés entre le numéro un du parti de la balance et son membre du comité exécutif. Une chose est sûre cependant, les relations entre les deux hommes ont atteint un point de non-retour.

Dans un communiqué diffusé par le parti, Mohamed Saoud est accusé «d’atteinte au parti de l’Istiqlal et ses instances». La même source précise que son dossier a été transféré à l’instance nationale d’arbitrage et de discipline au sein de l’Istiqlal. «L’intéressé n’a plus aucun lien avec les organes du parti en attendant une décision définitive de la part de l’instance compétente», précise le communiqué du parti. Ces récents développements arrivent à un moment où Mohamed Saoud projetait de se présenter sous les couleurs de l’istiqlal dans la circonscription de Tanger mais il semble que la direction du parti prévoyait d’accréditer un autre candidat. Des rumeurs ont circulé ces derniers jours sur la décision du PI de présenter Mohamed Saoud aux élections partielles à la Chambre des conseillers qui doivent avoir lieu le 8 septembre prochain. Pour rappel, le parti de l’Istiqlal avait perdu plusieurs sièges à la deuxième Chambre sur une décision du Conseil constitutionnel. Mais aujourd’hui, tout porte à croire que M. Saoud sera expulsé du parti alors que la direction de l’Istiqlal vit au rythme de divergences entre ses membres.

Dans ce sens, le président du conseil national du parti et ancien ministre dans les gouvernements Jettou et El Fassi, Ahmed Taoufik Hjira, ne participe plus aux réunions du parti en raison de ses divergences avec le secrétaire général, Hamid Chabat. Certains membres du comité exécutif sont également en froid avec Chabat. D’autres tensions ne sont pas à écarter dans les prochains jours.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *