Ahmed Bouz: «L’opposition gardera le contrôle de la Chambre des conseillers»

Ahmed Bouz: «L’opposition gardera  le contrôle de la Chambre des conseillers»

ALM : L’opposition se dirige-t-elle vers la conservation de son leadership au sein de la deuxième Chambre ?

Ahmed Bouz : Il me semble que oui, l’opposition gardera le contrôle de la Chambre des conseillers à l’issue du scrutin de vendredi prochain. Il faut cependant, attendre la position qui sera prise par le parti de l’Istiqlal. Cela dit, les résultats des dernières élections communales et régionales ainsi que les élections des Chambres professionnelles donnent un avantage aux forces de l’opposition. Cela devrait aussi consacrer une certaine tradition qui veut que l’opposition contrôle la Chambre des conseillers pour créer un certain équilibre avec la Chambre des représentants. Ce fut d’ailleurs le cas depuis l’expérience de l’alternance politique en 1998, sauf une courte parenthèse durant laquelle la majorité gouvernementale contrôlait les deux Chambres parlementaires.

Y a-t-il réellement un risque de recourir à l’argent pour acheter certains grands électeurs ?

Ce risque existe depuis toujours. Les élections de la Chambre des conseillers ne vont pas déroger à la règle. Même si des efforts ont été faits pour lutter contre l’utilisation de l’argent dans les élections, il est difficile d’affirmer que ce phénomène disparaîtra à l’occasion de ce scrutin. C’est d’autant plus vrai que les sièges sous la nouvelle configuration de la deuxième Chambre sont limités. Le tarif du siège, si je puis dire, va sensiblement augmenter.

Quel rôle pourra jouer la Chambre des conseillers avec des prérogatives fortement amoindries ?

Il est vrai que la Chambre des conseillers a perdu beaucoup de ses prérogatives au profit de la Chambre des représentants, mais cela ne veut nullement dire que la deuxième Chambre n’a pas lieu d’exister. Au contraire, cette Chambre a toujours un rôle politique et législatif à jouer. Tout dépend, à mon sens, de la qualité des ressources humaines qui vont y siéger. Si les élections du vendredi prochain se déroulent dans un climat de transparence avec des candidats bien choisis de la part des partis politiques, la Chambre des conseillers pourra jouer un rôle important même avec des prérogatives limitées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *