Après Manhasset, Berlin : L’envoyé spécial de l’ONU a invité le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie ainsi que le Polisario en Allemagne

Après Manhasset, Berlin : L’envoyé spécial de l’ONU a invité le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie ainsi que le Polisario en Allemagne

Aucune date officielle n’a été annoncée pour le moment mais il semble que les réunions doivent avoir lieu dans les prochains jours.

Horst Köhler passe à la vitesse supérieure. L’envoyé spécial de l’ONU (Organisation des Nations Unies) pour le Sahara vient, en effet, d’inviter les chefs de la diplomatie marocaine, algérienne, mauritanienne et le responsable du Front Polisario à Berlin pour des discussions. L’annonce a été faite par le porte-parole du secrétaire général de l’ONU à New York. Aucune date officielle n’a été annoncée pour le moment mais il semble que les réunions doivent avoir lieu dans les prochains jours. «L’émissaire personnel du secrétaire général prévoit en janvier et février d’organiser des discussions bilatérales avec les parties et les pays voisins. Il a envoyé des invitations au ministre des affaires étrangères marocain Nasser Bourita et au représentant du Polisario, ainsi qu’aux ministres des affaires étrangères algérien et mauritanien», a indiqué la même source. C’est la première fois que les différentes parties sont invitées à prendre part à des rencontres directes depuis l’épisode Manhasset. Pour rappel, les négociations de Manhasset aux Etats-Unis avaient connu la participation du Maroc, du Polisario, de l’Algérie et de la Mauritanie entre 2007 et 2008. Ces pourparlers découlent de la résolution 1754 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 30 avril 2007, qui exhortait les deux parties à entamer des négociations directes.

Les négociations ont été supervisées jusqu’en janvier 2009 par Peter van Walsum, envoyé personnel pour le Sahara du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. À cette date, Christopher Ross, ancien diplomate américain, avait été nommé représentant du SG de l’ONU. Depuis, le dossier n’a pas bougé d’un iota, ce qui a contraint Ross à démissionner. Les consultations sous l’égide de l’ancien président allemand qui auront lieu à Berlin devront faire oublier la période de Christopher Ross. Nommé en août dernier, M. Köhler a déjà effectué une première visite dans la région. Il faut dire que l’annonce de ces consultations arrive à un moment où la tension dans la région reste palpable à cause des manœuvres polisariennes. Le Polisario, soutenu par l’Algérie, a mené plusieurs incursions à Guergarate, zone tampon située à la frontière avec la Mauritanie, perturbant le trafic routier international. Ces manœuvres ont poussé le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gueterres, à lancer un appel pour le respect des engagements internationaux concernant notamment la libre circulation. Selon Hafid Ezzahari, chercheur en sciences politiques à l’Université Moulay Ismail à Meknès, l’invitation de l’émissaire onusien est une tentative pour réactiver les négociations directes entre les différentes parties après avoir connu une interruption au cours de la première crise de Guergarate. «Le Polisario ne semble pas saisir les récents développements avec un nombre croissant de pays retirant leur reconnaissance de la pseudo rasd et le retour du Maroc à l’Union africaine», conclut-il.

Première tournée

L’invitation de l’émissaire onusien à Berlin intervient pratiquement trois mois après sa première tournée dans la région. En effet, Horst Köhler a effectué sa première visite au Maroc en octobre dernier. Le responsable onusien a été reçu par SM le Roi Mohammed VI dans le cadre de sa tournée régionale.

L’audience royale accordée à l’ancien président de la République fédérale d’Allemagne s’est déroulée en présence de Fouad Ali El Himma, conseiller de SM le Roi, Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, ainsi que David Schwake, conseiller spécial de M. Köhler.

Ce dernier avait été nommé, en août 2017, par le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, en tant que nouvel envoyé personnel pour le Sahara, en remplacement de Christopher Ross, démissionnaire de son poste après plusieurs années d’échec.

Rencontre à l’UE et l’UA

Horst Köhler a eu une intense activité lors des derniers jours. Il a dans ce sens rencontré à Kigali le président du Rwanda, Paul Kagamé. La présidence rwandaise a annoncé la tenue d’une rencontre sans pour autant dévoiler la teneur des échanges entre les deux parties. Il faut, cependant préciser que Paul Kagamé sera investi dans les prochains jours en tant que nouveau président de l’Union africaine.

Pour rappel, le Maroc avait effectué en janvier 2017 un retour historique à l’UA après des décennies d’absence. Par ailleurs, l’émissaire onusien a également rencontré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini à Bruxelles.

Les services de presse de l’UE ont indiqué que la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères a assuré le médiateur onusien, du «soutien de l’UE aux efforts renouvelés de l’ONU, dans l’esprit des récentes résolutions du Conseil de sécurité et en particulier de la dernière résolution du 28 avril 2017, pour aider à mettre fin à ce conflit de longue date et parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *