Aziz Rabbah avait déposé un recours contre la liste du PI à Kénitra: La justice invalide les sièges de l’Istiqlal

Aziz Rabbah avait déposé un recours contre la liste du PI à Kénitra: La justice invalide  les sièges de l’Istiqlal

Nouveau coup dur pour le parti de l’Istiqlal (PI). Le tribunal administratif de Kénitra vient d’invalider les résultats du PI dans la ville. Le parti de la balance perd de facto tous les sièges obtenus à l’issue des élections communales du 4 septembre dernier.

Aziz Rabbah qui était au cours des dernières élections tête de liste du Parti de la justice et du développement (PJD) dans la ville de Kénitra avait déposé un recours en justice contre la liste du PI menée par Mohamed Talmouste. Le parti de la lampe avait, en effet, remis en cause l’éligibilité du candidat choisi par l’Istiqlal pour mener sa liste dans la ville en raison «d’antécédents judiciaires».

Selon les Pjdistes, la justice avait condamné le candidat concerné à de la prison ferme en plus d’une interdiction de se présenter aux élections pour deux mandats consécutifs. La durée d’interdiction n’a, semble-t-il, pas été respectée. Le tribunal administratif a jugé le recours du maire de la ville de Kénitra recevable et les sièges obtenus par le parti de la balance sont ainsi invalidés. Il faut préciser que le recours du parti de la lampe contient plusieurs autres éléments. Les Pjdistes ont, par exemple, accusé le candidat istiqlalien d’utiliser dans sa campagne électorale des «moyens publics» ainsi que la diffusion de rumeurs concernant la tête de liste du PJD.

Cela dit, l’invalidation des résultats du PI ne devrait pas trop changer la donne au niveau du conseil de la ville. Rabbah était sûr d’obtenir un nouveau mandat en tant que maire de la ville. Avec le verdict du tribunal administratif, le bras de fer entre les deux formations à Kenitra prend fin donc sur une victoire du parti de la lampe. Mais la confrontation continue ailleurs entre les deux formations, notamment dans la ville de Fès. Pour rappel, le PI avait déposé un recours contre la liste du PJD dans la capitale spirituelle. Menée par Idriss Al Azami Idrissi qui est devenu aujourd’hui maire de Fès, l’Istiqlal affirme que l’un des membres de la liste du PJD aurait des antécédents judiciaires.

Reste à savoir si le PI continuera dans cette bataille. Le secrétaire général de l’Istiqlal, Hamid Chabat, avait annoncé sa décision de quitter l’opposition et d’apporter un soutien critique au gouvernement. Malgré sa cuisante défaite face à Azami dans la ville de Fès, le SG du parti de la balance a fait un autre revirement le jour de l’élection du nouveau maire en votant pour le candidat du PJD. Il faut dire que ce dernier était déjà assuré d’obtenir la présidence du conseil de la ville avec une majorité confortable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *