Benatiq veut établir un partenariat permanent avec les MRE et leurs associations

Benatiq veut établir un partenariat permanent avec les MRE et leurs associations

2ème forum de concertation des associations de la société civile des Marocains du monde

Le partenariat peut faire partie des réponses à apporter aux questions intéressantes mais cela ne peut se faire sans coordination. Pour concrétiser cette relation, les cumuls déjà réalisés ne peuvent être «annulés».

Si Abdelkrim Benatiq a lancé, mercredi à Rabat, une relation de partenariat avec les associations de la société civile des Marocains du monde, c’est pour changer d’esprit. Celui «des plaintes par la confrontation de la réalité». Le ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères chargé des MRE et des affaires de la migration annonce la démarche lors du 2ème forum de concertation de ces structures. La nature de cette relation est censée être, selon lui, basée sur la précision d’un certain nombre de points «réalisables». L’objectif étant de répondre aux questions intéressant les Marocains du monde.

Critères du partenariat

Comme le précise le ministre, le partenariat peut faire partie des réponses à apporter aux questions intéressantes mais cela ne peut se faire sans coordination. Pour concrétiser cette relation, les cumuls déjà réalisés ne peuvent, à ses yeux, être «annulés». Le département de Benatiq y tient énormément puisqu’il les considère comme positifs. «Vous faites majoritairement partie de ces cumuls. Vous avez contribué à leur production et leur mise en œuvre», s’adresse-t-il aux associations présentes à l’événement. Encore faut-il, selon ses dires, développer ces cumuls. Pour lui, cette relation ne peut se développer davantage que si elle est seulement liée à un mécanisme limité de communication. «Il est temps de rechercher un mécanisme de gestion commun pour une interaction permanente», estime-t-il. A ses yeux, cette interaction permanente insinue l’ouverture d’un débat permanent autour des sujets auxquels le ministère et les associations n’ont pas de réponses. «L’interaction nous permettra de rechercher modestement une partie de réponses de façon continue et trouver la façon de vous suivre d’une manière consolidée», poursuit le ministre. Sa préoccupation est doublée des changements survenus dans le pays de résidence. Ces mutations l’incitent à traiter les sujets ayant trait aux MRE sous un angle différent de celui traditionnel. Les enfants des Marocains du monde étant à leur tour une partie de ces questions.

Investir dans les prochaines générations

Pour le ministre, le nombre suffisant de cadres et compétences à l’étranger en relation avec les décideurs dans les pays de résidence a assimilé plusieurs sujets. «Vos enfants font partie de ces compétences. C’est un grand capital auquel il faut penser. Vous êtes également responsables dans ce sens», s’adresse-t-il de nouveau aux associations présentes. Il rappelle par l’occasion les chiffres des 400.000 jeunes qui ont un Bac+5, 7.000 médecins, le grand nombre de Marocains qui font de la recherche scientifique dans le monde et les 974.735 Marocains dans des postes de gestions ou scientifiques. «Il faut éviter toute approche traditionnelle pour traiter avec les Marocains du monde, notamment leurs enfants, pour qu’ils soient une partie de la solution», enchaîne-t-il. Par l’occasion il caresse l’espoir de voir le Maroc devenir une école pouvant traiter avec les Marocains du monde. Le ministre ne manque pas de rappeler que le MRE est censé être une valeur ajoutée pour l’économie marocaine et contribuer au transfert de la technologie. L’ensemble de ces points étant débattu lors d’ateliers.

Un feedback pour concrétiser le partenariat

Les conclusions formulées lors des ateliers seront soumises aux experts auxquels recourt le ministère, dont Mohamed Cherkaoui, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique. «Nous voulons un feedback de votre part pour aboutir à la mise en œuvre d’une partie du partenariat qui, à son tour, ne va répondre qu’en partie à des questions», enchaîne le ministre. M. Benatiq rappelle que son département entreprendra également «des tournées marathon». «Nous faisons dans la continuité. Mais nous avons besoin de vous en tant que société civile», poursuit-il.

Un pacte mondial de la migration à Marrakech

Le ministre saisit l’occasion de son passage pour rappeler que le Maroc et l’Allemagne ont présidé le Forum mondial de la migration tenu à Berlin. «L’ONU nous demande de l’organiser», annonce-t-il. Ce forum, tenu en 2018, devra, selon lui, formuler un pacte pour que la migration soit organisée. «Le Maroc est pionnier en matière de migration. La 11ème édition sera organisée à Marrakech qui va préparer le pacte mondial de la migration», ajoute-t-il.
Ceci étant, la rencontre avec les associations est marquée par l’organisation de 5 ateliers lors desquels, les associations seraient, selon M. Cherkaoui, «à même de pouvoir contribuer à l’élaboration des réponses à des questions posées par les MRE et qui pourraient contribuer à l’élaboration d’une réflexion pour le Maroc sur la situation et le problème de la migration dans le monde».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *