Benkirane, Laenser et Benabdellah négocient les parts du «gâteau»

Benkirane, Laenser et Benabdellah négocient les parts du «gâteau»

Les trois dirigeants se sont rencontrés hier pour lancer le projet d’une nouvelle majorité parlementaire

Après une rencontre qui a duré une heure et demie, M. Laenser a déclaré aux médias que ce n’était pas à lui de décider de la participation ou non au prochain gouvernement. Pour le numéro un du MP, ce sont les instances décisionnelles du parti qui auront le dernier mot.

Le chef de gouvernement ouvre le bal des négociations. Tour à tour, Abdelilah Benkirane a rencontré Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP), et Mohamed Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Alors que ce dernier a déjà pris sa décision avant les élections de s’allier avec le Parti de la justice et du développement (PJD), le MP entretient le flou quant à sa participation à un gouvernement conduit par le secrétaire général du PJD. Ce dernier a reçu en premier Laenser et Said Ameskane, l’adjoint du secrétaire général du parti de l’épi et son homme de confiance.

M. Benkirane était accompagné de Saâdeddine Othmani, président du conseil national du parti de la lampe. Après une rencontre qui a duré une heure et demie, M. Laenser a déclaré aux médias que ce n’était pas à lui de décider de la participation ou non au prochain gouvernement. Pour le numéro un du MP, ce sont les instances décisionnaires du parti qui auront le dernier mot. Plus loin encore, M. Laenser affirme que son parti imposera des conditions avant une probable participation. Une déclaration qui semble mettre M. Benkirane un peu dans l’embarras puisqu’il a expliqué, en prenant la parole, qu’il n’a pas été mis au courant de ces conditions par son interlocuteur. S’agit-il d’une simple tactique de la part du MP pour mieux mener les négociations ou le parti compte imposer des conditions préalables à sa participation? Pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui il faut revenir à un communiqué conjoint publié par les groupes «haraki» au Parlement il y a quelques jours.

Dans ce document les responsables du MP affirment qu’ils vont déléguer aux institutions du parti de «défendre les institutions et la pluralité politique et partisane». No comment ! Après cette première réunion, ce fut au tour de la délégation du PPS composée de Nabil Benabdellah ainsi que des deux membres du bureau politique, Khalid Naciri et Abdelouahed Souhail. Après ses douze parlementaires à la première Chambre, le parti du livre doit sa participation au gouvernement juste à son alliance scellée avec le PJD avant les élections. Cela dit, le parti pourrait obtenir deux portefeuilles ministériels dans le prochain gouvernement. Avec deux partis reçus en une seule matinée, le PJD veut accélérer la cadence de la formation de la future majorité. Mais la prochaine réunion annoncée avec la direction du parti de l’Istiqlal sera très attendue. Le PI qui pourrait revenir au gouvernement, va certainement négocier une «bonne part du gâteau».

Le tandem Benkirane-Othmani devait recevoir hier dans la soirée le trio Hamid Chabat, secrétaire général du PI, ainsi que les deux membres du comité exécutif, Hamdi Ould Rachid et Mohamed Soussi. Reste maintenant à connaître le quatrième parti politique qui sera reçu par M. [email protected] Si le Rassemblement national des indépendants (RNI) donne la priorité à l’élection d’un nouveau président fin octobre, l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’a pas encore pris une décision claire quant à une potentielle participation à la future majorité. Affaire à suivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *