Boussaid au forum de la MAP: Les primes des ministres et parlementaires sont susceptibles de révision

Boussaid au forum de la MAP: Les primes des ministres et parlementaires sont susceptibles de révision

«ça suffit !», martèle l’argentier du Royaume qui était, mardi à Rabat, l’invité du forum de la MAP pour discuter des perspectives de l’économie en 2016.

Selon le ministre de l’économie et des finances, «il y a une très grande initiative pour que ces primes, allouées par des fonds spéciaux et qui n’ont pas augmenté d’ailleurs, soient davantage transparentes».

Quid des primes des ministres et parlementaires ?

Aux yeux de M. Boussaid, qui qualifie les partages autour du sujet sur les réseaux sociaux d’«exagérés», «les citoyens ont le droit de débattre de tout sujet». D’autant plus que ces primes sont prévues en vertu de la loi de Finances et de dahirs. «Ce sont les parlementaires qui les ont votées dans le cadre de la loi de Finances. Ils peuvent bien les rectifier!», enchaîne le ministre en rappelant que les réserves ont été, en 2014, de 73 millions DH pour la Chambre des représentants et de 227 millions de dirhams pour celle des conseillers.

L’inévitable décompensation du sucre

«Il faut le faire !», précise l’argentier en rappelant que les fonds récoltés de cette décompensation seront destinés à des projets sociaux, notamment dans le milieu rural. «Ces subventions seront allouées aux équipements d’hôpitaux entre autres. Aussi, 50% des fonds récoltés de la décompensation seront destinés au fonds de solidarité sociale», détaille M. Boussaid en étant sûr que la démarche sera admise par les citoyens tant qu’elle est justifiée par des projets sociaux.

Une pension de retraite de 1.500 DH

Le ministre de l’économie et des finances, qui a indiqué qu’il sera question ce jeudi de réforme de retraites lors du Conseil de gouvernement, n’a pas manqué de livrer des données chiffrées autour du déficit occasionné par le retard de la réforme. En 2014, la différence entre les cotisations et prestations s’est élevée à 236 millions de dirhams. En 2015, ce déficit a atteint 3 milliards de dirhams. Pire encore, il est prévu que cette différence soit de l’ordre de 8 milliards DH. D’où l’intérêt d’une réforme paramétrique à commencer par l’augmentation de l’âge de départ à la retraite en consacrant des pôles différents à chacun des secteurs public et privé. Par contre, le RCAR, la CNSS et la CIMR ne sont pas concernés par cette réforme. Le passage au forum de la MAP était aussi l’occasion pour M. Boussaid d’annoncer une augmentation de la pension de retraite qui est pour l’heure de 1.000 DH. Celle-ci passera, sur trois ans, de 1.200  à 1.350 pour atteindre 1.500 DH.                     

Une croissance de 3% en 2016

Le ministre de l’économie et des finances prévoit un taux de croissance de 3% pour 2016 au lieu de 5% en 2015. Il justifie cette baisse par l’année agricole qu’il qualifie de «moyenne», ainsi que par l’augmentation du taux des activités non agricoles de 3,5% en 2016.      

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *