C’est officiel, le Maroc rejette l’indépendance de la Catalogne

C’est officiel, le Maroc rejette l’indépendance de la Catalogne

Un communiqué des Affaires étrangères exprime l’attachement à l’intégrité territoriale de l’Espagne

«Le processus unilatéral, annoncé hier, irresponsable et non viable, est porteur d’instabilité et de division non seulement en Espagne, mais dans tout son voisinage européen».

Le Maroc sort de son mutisme concernant l’indépendance de la Catalogne. Dans ce sens, le ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI) s’est chargé d’officialiser la réaction du Maroc sur ce dossier. Le département de Nasser Bourita a fait savoir que «le Royaume du Maroc, fidèle comme il l’a toujours été au respect des principes du droit international, rejette le processus unilatéral d’indépendance de la Catalogne, et exprime son attachement à la souveraineté, à l’unité nationale et à l’intégrité territoriale du Royaume d’Espagne». «Le processus unilatéral, annoncé hier, irresponsable et non viable, est porteur d’instabilité et de division non seulement en Espagne, mais dans tout son voisinage européen. Le Royaume du Maroc est confiant en la capacité du gouvernement espagnol à gérer avec sagesse cette situation en vue de préserver l’ordre constitutionnel et d’agir dans l’intérêt suprême de la Nation espagnole et du continent européen», a ajouté la même source.

Le département des affaires étrangères indique ainsi que «le Royaume du Maroc ne reconnaît pas ce processus unilatéral qui va à l’encontre de la légalité internationale». Depuis le déclenchement de la crise en Espagne il y a quelques semaines, le Royaume n’avait pas réagi officiellement à cette affaire. La seule réaction connue jusqu’ici est celle du ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi. Ce dernier avait expliqué que «le Maroc a des constantes sur lesquelles repose sa politique étrangère. C’est pour cette raison que nous sommes avec la position annoncée au niveau de l’Espagne au sujet du référendum en Catalogne». Cette réaction est venue en réponse à une question sur la position du gouvernement marocain à l’égard du référendum d’autodétermination annoncé de manière unilatérale par la Catalogne et rejeté par Madrid, lors du point de presse hebdomadaire tenu à l’issue du Conseil de gouvernement le 21 septembre dernier.

Pour rappel, le gouvernement catalan avait annoncé l’organisation d’un référendum pour l’indépendance de cette région autonome le 1er octobre dernier en promettant d’aller au bout de son projet. Les responsables catalans avaient alors annoncé que le «oui» avait gagné avec 90% des voix. Selon la même source, quelque 2,26 millions de personnes ont participé au scrutin et 2,02 millions se sont exprimées en faveur de l’indépendance. Ces chiffres représentent une participation de près de 42,3%, la Catalogne comptant 5,34 millions d’électeurs. Pour sa part, l’Etat espagnol avait dès le départ rejeté le projet des séparatistes catalans. Le chef de gouvernement, Mariano Rajoy, avait décidé le déploiement policier pour empêcher la tenue du scrutin. L’intervention policière lors de l’opération référendaire avait débouché sur des affrontements durant lesquels plus d’une centaine d’hommes et de femmes ont été blessés.

La demande de Rajoy aux séparatistes

Le gouvernement espagnol, réuni hier mercredi en Conseil des ministres extraordinaire, a demandé officiellement au gouvernement catalan (Generalitat) de confirmer s’il a déclaré ou non mardi l’indépendance de la Catalogne (nord-est). «Le Conseil des ministres a décidé ce matin de demander officiellement à la Generalitat de confirmer si elle a déclaré ou non l’indépendance, en marge de la confusion délibérée créée en rapport avec son entrée en vigueur», a dit le chef de gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, dans une déclaration institutionnelle au terme du Conseil des ministres. Et d’ajouter que cette demande officielle, «préalable à toute mesure que le gouvernement peut adopter sur la base de l’article 155 de la Constitution, veut apporter aux citoyens la clarté et la sécurité requises pour une question d’une telle importance». M. Rajoy a relevé que la réponse que le président de la Generalitat donnera à cette requête marquera l’avenir des événements durant les prochains jours.

Le gouvernement catalan suspend l’indépendance

Très attendu, le discours du président du gouvernement de la Catalogne, Carles Puigdemont, avait annoncé «la suspension de l’indépendance pour dialoguer». Dans le même discours, il a indiqué qu’il «assume le mandat du peuple pour faire de la Catalogne un Etat indépendant sous forme de république», mais a proposé par la suite au Parlement régional de suspendre les effets de la «déclaration d’indépendance» pour ouvrir la voie au dialogue.

«J’assume devant vous et devant nos citoyens la présentation des résultats du référendum et le mandat du peuple pour que la Catalogne devienne un Etat indépendant sous forme de république», avait-il dit dans un discours devant le parlement régional de la Catalogne.

Il a ajouté, par la suite, qu’il propose, lui et le gouvernement régional, «que le Parlement procède à la suspension des effets de la déclaration d’indépendance pour permettre l’ouverture d’un dialogue dans les prochaines semaines». «Nous ne sommes pas des délinquants, ni des fous, ni des putschistes. Nous sommes des gens normaux qui demandent de voter et qui ont toujours été prédisposés à tout le dialogue nécessaire pour réaliser cet objectif de manière accordée», a dit M. Puigdemont.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *