Chabat défend le patrimoine de ses enfants

Chabat défend le patrimoine de ses enfants

Après la publication d’informations sur sa fortune personnelle et celle de sa famille

Le secrétaire général du parti de l’Istiqlal (PI), Hamid Chabat, est sorti de son mutisme au sujet de sa fortune personnelle. Après la publication dans la presse d’informations concernant son patrimoine au Maroc et à l’étranger, Chabat a donné sa propre version des faits. «Je n’ai pas le moindre centime dans un compte bancaire à l’étranger», a-t-il démarré sa vidéo postée sur le Web. Chabat réfute ainsi les informations concernant des comptes bancaires détenus notamment en France et en Belgique. Alors que des rumeurs parlent de son acquisition de la nationalité espagnole, Chabat a profité de l’occasion pour démentir également ces informations. «Je ne dispose pas de la nationalité espagnole», a-t-il dit. Ce dernier a de nouveau réitéré que son patrimoine ne comprend que la maison où il résidait au quartier Bensouda à Fès. Celle-ci aurait été acquise dans les années 80 au moment où il était encore délégué syndical dans un établissement de la capitale spirituelle. Son patrimoine comprendrait également un lot de terrain.

Chabat a, par ailleurs, défendu l’acquisition de biens par les membres de sa famille. Selon Chabat, son épouse, Fatima Tarik avait acheté un lot de terrain dans les années 80 au moment où elle était également fonctionnaire dans le même établissement que son époux. Quant aux propriétés détenues par ses enfants, Chabat explique qu’ils «les ont acquises grâce à leur travail dans le commerce».

Reste à savoir si cette sortie a été suffisante pour convaincre l’opinion publique et dissiper les soupçons concernant la fortune réelle de Chabat. Une chose est sûre en tout cas, l’actuel numéro un du parti de l’Istiqlal a connu une ascension fulgurante durant les deux dernières décennies.

D’un simple syndicaliste, il a vite gravi les échelons pour devenir tour à tour, élu puis député maire de la ville de Fès. Il a été également secrétaire général de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) avant d’être élu secrétaire général du parti de l’Istiqlal en 2012.

A quelques semaines du prochain congrès national de ce parti, Chabat a dévoilé son intention de briguer un nouveau mandat à la tête du PI. Le hic, c’est qu’il est de plus en plus contesté au sein de l’Istiqlal. Plusieurs figures de cette formation avaient publiquement demandé son départ notamment avec ses propos sur les frontières historiques du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *