Chabat et Lachgar aiguisent leurs armes

Chabat et Lachgar aiguisent leurs armes

Branle-bas de combat à l’USFP et l’Istiqlal. A quelques mois des prochaines élections, les deux partis politiques de l’opposition, liés par une Charte d’action commune depuis octobre 2013, passent à la vitesse supérieure en renforçant leur coordination. Rabat vient, en effet, d’accueillir la première rencontre des cadres de l’USFP (Union socialiste des forces populaires) et de l’Istiqlal au siège de ce dernier. Tous les ténors des deux formations étaient présents avec à leur tête Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP et Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal ou encore Habib El Malki et Ahmed Taoufik Hjira, respectivement présidents de la commission administrative et du conseil national.

L’objectif de la rencontre était bien évidemment de préparer la rentrée politique et parlementaire mais pas seulement. Usfpéistes et Istiqlaliens veulent se mettre d’accord sur les dossiers d’intérêt commun, notamment les prochaines échéances électorales. La couleur a été annoncée dans les discours prononcés par les leaders des deux partis, qui se positionnent déjà comme une alternative politique à la majorité gouvernementale actuelle menée par le PJD (Parti de la justice et du développement).

Dans un communiqué conjoint, les responsables des deux partis ont expliqué les enjeux de leur rencontre qui «vise à donner un départ fort à la coordination aux niveaux régional, provincial et sectoriel, ainsi que sur le plan des organes parallèles des partis de façon à permettre à la Charte d’action commune d’avoir des piliers dans toutes les structures organisationnelles à travers le territoire national et les différents fronts des deux partis».
Le parti de la rose et l’Istiqlal n’ont pas laissé filer l’occasion pour charger le gouvernement. «Le parti de l’Istiqlal et l’Union socialiste des forces populaires expriment la déception du peuple marocain qui a hérité d’un gouvernement en deçà de la Constitution de 2011.

Un Exécutif qui a œuvré via le parti qui le préside à avorter le développement démocratique qui était devenu plus que jamais possible», ajoute la même source. Les Istiqlaliens et les Usfpéistes sont allés plus loin en accusant «le chef de gouvernement de s’attaquer au droit constitutionnel à la grève, sous prétexte que les débrayages sont politiques».
Par ailleurs, les deux partis ont annoncé  leur vision commune concernant les échéances électorales.

«En concertation avec les organes régionaux, provinciaux et locaux et dans le cadre de la coordination commune, les deux partis vont œuvrer à unifier les points de vue sur les lois organisationnelles encadrant les prochaines échéances électorales et celles régissant la Région, tant au niveau du découpage et des prérogatives  qu’au niveau des compétences des communes et leur relation avec le pouvoir de tutelle, outre les modes de scrutin et les lois, décrets et dispositions organisationnelles relatifs aux opérations électorales», a précisé le communiqué. A noter, enfin, que les deux formations ont annoncé qu’elles vont approfondir leur coopération au niveau du Parlement, aux côtés des autres forces de l’opposition.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *