Chambre des représentants : Tractations pour le perchoir

Chambre des représentants : Tractations pour le perchoir

La première Chambre doit renouveler son bureau à la prochaine session dans quelques semaines

Les enjeux sont importants à la fois pour les partis de la majorité gouvernementale ainsi que les partis de l’opposition parlementaire. Les tractations se déroulent dans les coulisses.

La session de l’automne n’est pas encore terminée mais les députés ont déjà la tête à la prochaine session du printemps en avril prochain. Et pour cause. La première Chambre doit renouveler la composition de son bureau, notamment le poste du président et des vice-présidents. Lorsqu’il s’agit du troisième poste le plus important dans l’ordre protocolaire de l’Etat, cette épreuve est loin d’être anodine. il faut préciser que l’article 62 de la Constitution du pays stipule que «(…) le président et les membres du bureau de la Chambre des représentants, ainsi que les présidents des commissions permanentes et leurs bureaux, sont élus en début de législature, puis à la troisième année de celle-ci lors de la session d’avril et pour la période restant à courir de ladite législature».

Ce même article précise que «l’élection des membres du bureau a lieu à la représentation proportionnelle des groupes». Cela n’empêche pas une certaine forme de coordination entre les différents groupes parlementaires au sein de la Chambre basse du pays. Après la Chambre des conseillers qui vient de renouveler la composition de son bureau en octobre dernier, place donc à la Chambre des représentants. Les enjeux sont importants à la fois pour les partis de la majorité gouvernementale ainsi que les partis de l’opposition parlementaire. Les tractations se déroulent dans les coulisses. La première certitude concerne la présidence puisque la majorité va sans nul doute garder le perchoir.

El Habib Malki qui a été élu président au début de la législature actuelle, se dirige à conserver son fauteuil de président pour le reste de son mandat actuel sans grands soucis, à la différence de ce qui s’était passé la première fois. Les élections des présidences au niveau local dans certaines villes ces derniers jours devraient faciliter les choses en avril prochain. S’agissant des postes de vice-présidents, quelques changements limités pourraient avoir lieu, notamment en raison du cumul pour certains de postes parfois très importants à la tête de grandes villes ou bien en raison de polémiques.

Selon l’article 14 du règlement intérieur de la Chambre des représentants, le bureau de la première Chambre se compose du président ainsi que de huit vice-présidents sans oublier deux trésoriers et trois secrétaires. L’opposition parlementaires a également le droit de présenter des candidats pour le bureau de la Chambre des représentants.

Chaque groupe parlementaire doit déposer la liste de ses candidats pour les postes concernés 24 heures avant le scrutin sachant que la composition du bureau se fait comme précité sur la base de la représentation proportionnelle des groupes. Le verdict sera donc connu courant avril prochain. En effet, l’article 65 de la Constitution dispose que «le Parlement siège pendant deux sessions par an. Le Roi préside l’ouverture de la première session qui commence le deuxième vendredi d’octobre. La seconde session s’ouvre le deuxième vendredi d’avril. Lorsque le Parlement a siégé quatre mois au moins, au cours de chaque session, la clôture peut être prononcée par décret».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *