Conseil communal de Tanger : L’opposition boycotte la 2ème séance de la session ordinaire

Conseil communal de Tanger : L’opposition boycotte la 2ème séance  de la session ordinaire

Le maire de Tanger, Mohamed Bachir Abdellaoui, n’a pas eu, lundi 21 mai, la tâche facile pour gérer les travaux de la deuxième séance de la dernière session ordinaire du conseil communal.

A cet effet et en plus des protestations de certains membres de l’opposition (représentant en particulier le PAM et le RNI) concernant la gestion de certains dossiers ou le travail au sein des commissions de la commune, le conseiller communal pamiste Abdelfattah El Missaoui a piqué une crise de colère en se voyant refuser de prendre la parole lors de cette séance. M. Abdellaoui a essayé de justifier sa décision par le fait que la liste des interventions a été clôturée.

Le conseiller en question ne voulait rien entendre, tout en dénonçant l’attitude du maire pjdiste à son encontre. La réponse de  M. Abdellaoui ne s’est pas fait attendre, il s’est dit contraint, pour la bonne marche de cette deuxième séance, de recourir à l’article 47 du règlement intérieur et au soutien des élus présents pour interdire à M. El Missaoui d’y suivre les travaux. Le maire a été soutenu dans sa décision grâce à l’aval de la majorité constituée par les membres du parti de la lampe. Mais à la grande déception des membres présents des deux partis PAM et RNI à l’opposition, qui ont décidé, dans leur totalité, de quitter cette réunion en signe de protestation contre cette décision. Considéré comme le plus âgé des protestataires, le conseiller rniste Hassan Semlali a tenu à rappeler non sans regret que depuis qu’il est au conseil communal (il y a de cela plus de 20 ans), aucun des anciens présidents de la commune n’a pensé, au cours de son mandat, à recourir au règlement intérieur pour interdire à un élu de n’importe quel parti (adverse ou de la majorité) d’assister à une quelconque assemblée.

Il est à noter que les travaux de cette deuxième séance ont encore une fois été perturbés par des protestations de la part de petits commerçants et de marchands ambulants non bénéficiaires de l’opération de distribution des locaux des marchés communaux ou ceux de proximité, qui se poursuivent depuis la mi-décembre 2017.

Fort de l’appui des conseillers pjdistes (constituant la majorité absolue), M. Abdellaoui a pu faire passer tous les sept points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion. Parmi ces points, l’approbation de la programmation de l’excédent budgétaire dégagé en 2017 ainsi que celle d’un cahier des charges concernant la structure du transport des patients et blessés et l’enveloppe budgétaire globale attribuée aux quatre arrondissements de Tanger.

Les travaux de cette assemblée ont été clôturés par une présentation sur la gestion déléguée de transport urbain et interurbain par autobus. Alors que lors de la première séance de cette session ordinaire, les conseillers communaux ont procédé, il y a une quinzaine de jours, à l’étude et l’approbation de neuf points inscrits à l’ordre du jour, dont la convention liant la commune au ministère de la famille, de la solidarité, de l’égalité, et du développement social concernant les accessibilités pour personnes handicapées, le projet d’appellation des rues ainsi que l’actualisation du rapport lié au projet d’expropriation du terrain de la décharge publique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *