Des élections partielles pour un Parlement au chômage

Des élections partielles pour un Parlement  au chômage

Les électeurs dans la circonscription d’El Jadida appelés aux urnes le 4 mai prochain

Si leurs résultats ne devraient pas trop influer la carte politique à la Chambre des représentants, ces élections seront un premier test pour mesurer la motivation des électeurs après pratiquement six mois de chômage technique au Parlement.

Les Jdidis seront les premiers à revenir aux urnes. En effet, le ministère de l’intérieur vient d’annoncer l’organisation d’élections partielles le 4 mai prochain à El Jadida pour élire un nouveau député. Pour rappel, le Conseil constitutionnel avait invalidé l’élection d’un parlementaire élu lors des dernières élections législatives du 7 octobre 2016 pour avoir purgé une peine d’emprisonnement de trois années entre 2008 et 2011. Un motif suffisant pour déchoir l’intéressé de son mandat de député puisque la législation en vigueur au Maroc interdit toute personne ayant été emprisonnée d’éligibilité au Parlement pour une période de dix années. Libéré en 2011, le parlementaire déchu n’a donc pas respecté cette obligation. Et c’est la raison pour laquelle les électeurs dans la circonscription locale d’El Jadida devront élire un nouveau représentant à la première Chambre parlementaire. Il s’agit là des toutes premières élections partielles après le scrutin du 7 octobre 2016. Si leurs résultats ne devraient pas trop influer la carte politique à la Chambre des représentants, ces élections seront un premier test pour mesurer la motivation des électeurs après pratiquement six mois de chômage technique au Parlement. Face à des négociations interminables pour la formation d’une nouvelle majorité gouvernementale, le Parlement n’a pratiquement pas travaillé mis à part deux réunions, la première pour l’élection d’un président de la première Chambre et la deuxième pour l’adoption de l’acte constitutif de l’Union africaine. C’est dans une conjoncture marquée par l’absence d’un gouvernement et un Parlement gelé que les Jdidis devront élire en mai prochain un député. Selon le ministère de l’intérieur, la campagne électorale devra démarrer le 21 avril pour prendre fin la veille du scrutin, c’est-à-dire le 3 mai à minuit.

Recours «bidon»

En attendant, le Conseil constitutionnel continue de statuer sur les recours déposés par les partis politiques après les dernières législatives. Mais des interrogations commencent à se formuler autour de la solidité de ces recours. Quelque temps après les législatives, le Conseil constitutionnel avait diffusé un communiqué où il faisait état du dépôt de 138 recours parmi lesquels 136 concernaient les circonscriptions locales, et les deux restants la circonscription nationale.

Autrement, l’élection de 168 députés issus de 75 circonscriptions se trouvait contestée. Mais la majorité des recours examinés par les magistrats du Conseil n’a pas été concluante.

Sur dix décisions des magistrats déjà rendues publiques, une seule porte sur l’invalidation d’un seul et unique siège dans la circonscription locale d’El Jadida. Les autres recours ont été rejetés par le Conseil. Des informations circulent cependant sur l’invalidation d’un deuxième siège dans la circonscription de Moulay Yacoub mais le Conseil n’a pas encore confirmé cette décision. En tout cas, si l’annulation de cette élection est confirmée, cette circonscription risque d’entrer dans l’histoire en raison du nombre de fois où les élections ont été invalidées. Pour rappel, la dernière législature a été marquée par l’organisation de pas moins de quatre élections partielles à Moulay Yacoub. En attendant les prochains verdicts du Conseil constitutionnel, trois sièges à la première Chambre parlementaire changent déjà d’occupants depuis les dernières législatives d’octobre 2016. Un siège à El Jadida a été invalidé par le Conseil constitutionnel, le deuxième à Salé a connu la démission de son occupant et le troisième à Ben Ahmed est revenu au deuxième sur la liste du député assassiné récemment à Casablanca.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *