Des intellectuels se dressent contre le diktat du conservatisme radical

Des intellectuels se dressent contre le diktat du conservatisme radical

Une pétition pour préserver un Maroc moderne, tolérant et pluriel

Universitaires, chefs d’entreprises, intellectuels de tous bords, acteurs associatifs… elles sont plus de 200 figures connues et moins connues, de divers horizons, reflétant toute cette pluralité et richesse de notre pays, qui ont lancé une pétition appelant à ne pas voter pour le PJD. Le titre choisi par les initiateurs en dit long : «ne votez pas pour Ibn Taymiyya, votez pour la démocratie». Leur choix du parallélisme entre ce penseur connu pour ses positions radicales et le PJD n’est pas fortuit.

C’est que le patron du PJD, Abdelilah Benkiran, affirmait lui-même en public tout récemment, dans l’une de ses interventions, combien il était attaché à la pensée d’Ibn Taymiyya. Une pensée qui, de l’avis des signataires de la pétition, est manifestement et fondamentalement contraire aux valeurs de la démocratie, le théologien étant particulièrement, poursuivent-ils, «connu pour son interprétation violente et sa vision belliqueuse de l’Islam».

Et comme pour anticiper certains esprits qui ne ratent aucune occasion de voir dans la modernité une menace pour la société et la morale, les rédacteurs de la pétition plantent d’emblée le décor en rappelant que la modernité vers laquelle il faut aller, disent-il de manière irréversible, «ne signifie pas une course au confort matériel, une société de consommation intensive ou une occidentalisation des comportements». Pour eux, au contraire, la modernité est d’abord et avant tout un process qui place l’être humain, l’individu, ses droits, son bien-être, au centre même des préoccupations. Des droits au sens large y compris en termes de croyances, de cultes et de choix et orientations personnelles.

Le document, qui déroule par la suite un plaidoyer rappelant les grands virages sociétaux qu’a opérés le Maroc, comme la Moudawana et la Constitution de 2011 entre autres, semble en tout cas avoir fait mouche auprès de l’opinion publique puisque la liste des signataires ne cesse de s’allonger d’heure en heure. D’un petit groupe de 60 au départ, ils sont passés en l’espace de 24 heures à plus de 230 et le compteur continue de tourner…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *