Dialogue 5+5 / Mezouar : L’UpM, un levier d’action incontournable

Dialogue 5+5 / Mezouar : L’UpM, un levier d’action incontournable

La Méditerranée ne peut être uniquement présentée comme une ligne de fracture entre le Nord et le Sud, mais bel et bien un espace porteur d’espoir. C’est ce qu’a affirmé le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, lors de l’ouverture de la 12ème réunion des ministres des affaires étrangères (MAE) du Dialogue 5+5, organisée, mercredi 7 octobre, à Tanger. «Nous sommes au cœur de la civilisation méditerranéenne et nous touchons par là à la vocation historique de Tanger, à l’essence même du Dialogue 5+5. Un espace de dialogue, de concertation et de coopération», a-t-il indiqué.  

M. Mezouar a souligné qu’en plus des crises libyenne et syrienne, plusieurs questions devaient être traitées, parmi lesquelles celles de la sécurité, la croissance économique, la jeunesse méditerranéenne, du changement climatique et de la migration.

«Nous avons tous vu, tout au long de ces dernières semaines, ces images terribles de bateaux de fortune transportant des femmes, des jeunes, parfois des enfants qui partent au péril de leurs vies, à la recherche d’un avenir meilleur», a-t-il affirmé.

Concernant l’Union pour le Maghreb arabe, M. Mezouar a réitéré le souhait du Maroc d’en faire un acteur majeur dans ses efforts de concertation régionale. Il a poursuivi que l’Union européenne constitue un modèle d’intégration régionale dont le Royaume suit avec le plus grand intérêt la révision de sa politique de voisinage.

«L’Union pour la Méditerranée qui s’attelle, à travers des projets concrets et ciblés, à créer de nouvelles synergies, des partenariats novateurs de part et d’autre de la Méditerranée, constitue également un levier d’action incontournable», a dit M. Mezouar.

L’intervenant a fait part que les solutions aux défis auxquels est confrontée la Méditerranée résident avant tout dans la détermination de tout un chacun d’agir collectivement. «Il n’y a de fatalité que dans la résignation. Or l’histoire de la Méditerranée nous enseigne que nul défi n’est insurmontable», a tenu à rappeler M. Mezouar.

Coprésidée par le Maroc et le Portugal, cette 12ème édition – qui s’est distinguée par la participation des ministres des affaires étrangères et des responsables des dix pays participants – s’assignait pour objectif principal de promouvoir davantage la concertation et la coopération autour de problématiques fondamentales qui menacent l’avenir de la région. La coprésidence du Dialogue 5+5 est désormais assurée par le Royaume avec la France, qui succède pour un mandat de deux ans au Portugal.

En préparation de la 13ème réunion des MAE, «nous allons nous emparer de nouveaux sujets, mais avec les mêmes méthodes que la précédente édition», a affirmé Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, faisant remarquer que parmi les questions traitées lors de la prochaine édition, celle du changement climatique dont la prochaine conférence COP21 sera tenue en France.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *