Dialogue social: Le gouvernement expose ses exploits

Dialogue social: Le gouvernement expose ses exploits

Une énumération d’exploits où il entend rassurer que «le dialogue social n’est pas figé et que le gouvernement est fortement engagé dans l’exécution de ses engagements». Malgré un contexte économique morose et difficile, le gouvernement aurait veillé depuis sa nomination à la mise en œuvre des engagements formulés dans le dialogue social et ce, à travers «un nombre d’initiatives qui impliquent de lourds budgets», précise le document. Tout en faisant référence à l’accord du 26 avril 2011 et aux accords sectoriels l’ayant suivi, le gouvernement précise qu’il aurait consacré un budget de 24,8 milliards de dirhams en deux ans seulement, soit entre 2012 et 2014.

Qu’a-t-il été fait, concrètement, jusqu’à cette date? «De grandes décisions ont été prises», répond-on au gouvernement. En effet, 53.000 fonctionnaires ont bénéficié de la hausse du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG). Ce dernier a été augmenté pour atteindre les 3.000 dirhams, fait qui aurait engendré un supplément de dépenses annuelles de 110 millions de dirhams pour l’Etat. A côté de cela, l’entrée en vigueur de l’indemnité pour perte d’emploi dont le budget a été arrêté à 500 millions de dirhams.

Quant à l’indemnité, elle est de 70% du salaire référentiel avec une assurance de continuité de bénéficier de la couverture médicale et des allocations familiales. Le gouvernement a également rappelé la hausse de la pension minimale de la retraite à 1.000 dirhams mensuellement. Une mesure dont ont profité environ 10.500 retraités. En ce qui concerne le dossier des retraites toujours, l’annulation du seuil des 3.240 des cotisations obligatoires pour toucher sa retraite a également été relevé.

Ils ne sont pas moins de 35.500 assurés à en avoir bénéficié. S’agissant de ses engagements sectoriels, le gouvernement aurait levé un fonds de 2,8 milliards de dirhams pour mener à bien les termes de ces accords. La promotion de grade et d’échelle a été l’une des décisions gouvernementales importantes. Il a été convenu dans ce sens que le taux de ces promotions soit rehaussé à 33% sur deux phases. Un budget de 3.230 millions de dirhams a été consacré à la promotion de grade et celle d’échelle dans le cadre de ce nouveau taux au même titre que l’institution d’un système de plafonnement à 4 ans du nombre d’années d’attente pour bénéficier de la promotion de grade hors quota. L’étalage des réalisations gouvernementales a également concerné un nombre de projets de loi qui sont actuellement en cours d’approbation.

On en cite, entre autres celui lié aux accidents du travail et celui qui traite de la sécurité et de la prévention des risques au travail. En conclusion, et certainement en réponse aux syndicaux ayant entravé le dialogue social, le gouvernement a rappelé qu’un 4 décembre 2013, les centrales syndicales étaient conviées par la présidence du gouvernement à une série de rencontres consultatives pour discuter des réformes des caisses de retraite. Une invitation qu’un grand nombre de centrales auraient rejetée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *