Drame des populations de Tindouf: des ONG internationales interpellent l’ONU

Drame des populations de Tindouf: des ONG internationales interpellent l’ONU

«Nul ne peut ignorer ou nier la situation alarmante dans les camps de Tindouf ou la population ne jouit nullement des droits qui lui sont reconnus par le droit international». Ce cri a été lancé mardi 16 septembre 2014, lors d’une séance du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU par des ONG internationales scandalisées par le drame des populations retenues depuis des décennies dans les camps de Tindouf, dans le sud algérien.

Au cours d'une séance plénière du conseil, l'Agence internationale pour le développement (AID) et l'Organisation Action internationale pour la paix et le développement (AIPD) ont appelé l'instance onusienne à «faire plus pour le respect des droits des habitants des camps».



Mme Aicha Douihi, qui s'exprimait au nom de l'AID a souligné que «cette situation est exacerbée par les lacunes et les manquements de la communauté internationale à ses devoirs». 

Cette militante sahraouie des droits de l'Homme a notamment cité l'absence d'un recensement de la population des camps au mépris des demandes répétées de l'ONU, le placement des familles sahraouies dans des camps militaires et l'inexistence d'une protection internationale.

Pour sa part l'ONG AIPD appelé le Conseil des droits de l'Homme à faire pression sur le polisario et l'Algérie pour qu'ils fassent preuve de sérieux dans les négociations sur la base du projet d'autonomie. 


Dans ce sens, le militant sahraoui Mohamed Khaya a souligné que «le projet d'autonomie demeure le plus approprié pour une solution politique gagnant-gagnant susceptible de mettre fin à ce conflit qui n'a que trop duré ainsi qu'aux souffrances d'un grand nombre de familles».

Pour M. Khaya, «la majorité silencieuse des sahraouis, qui rejettent le séparatisme prôné par une minorité activement soutenue par l'Algérie, s'est naturellement engagée dans le vaste processus de développement dans le Royaume, y compris ses provinces du sud».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *