e-administration : Le gouvernement fait appel à l’expérience belge

e-administration : Le gouvernement fait appel à l’expérience belge

Une première phase pilote concernera 12 secteurs ministériels avant sa généralisation

L’Exécutif veut donner un coup d’accélérateur au programme de l’e-administration. Dans ce sens, une réunion vient d’avoir lieu entre Mohamed Ben Abdelkader, ministre chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique, et Marc Trenteseau, ambassadeur du Royaume de Belgique à Rabat.

La rencontre qui a eu lieu au siège du ministère a notamment porté sur la mise en œuvre du programme de coopération entre le Royaume du Maroc et le Royaume de Belgique, en particulier en ce qui concerne le domaine de la promotion et le renforcement des capacités de l’administration électronique.

Le but, selon les responsables, est de suivre le rythme de la réforme de la gouvernance à la stratégie aux niveaux central et local. Lors de la rencontre, les deux parties ont ainsi convenu de lancer la phase pilote du programme. Dans les détails, la phase pilote concernera 12 secteurs ministériels, dans le domaine du développement de l’administration électronique. L’expérience devrait être élargie, selon la même source, à l’ensemble des ministères et l’administration publique.

Les responsables affirment que le projet réalisera des expériences qui peuvent être généralisées au niveau horizontal. Le département de Ben Abdelkader se chargera de la coordination avec les différents ministères.

D’autres programmes plus spécifiques répondant à certains critères inhérents à quelques secteurs sont également prévus. Il faut dire que le Maroc a depuis des années entrepris des mesures visant à développer le e-gov. Ce dispositif avait pour objectif de «rapprocher l’administration des besoins de l’usager en termes d’efficacité, de qualité et de transparence à travers un programme d’e-gouvernement». Plus concrètement, les responsables voulaient à travers les différents projets e-gouvernement moderniser l’administration et les collectivités locales au service des citoyens et des entreprises. Il s’agissait notamment d’exploiter les technologies de l’information et de la communication pour reconfigurer en profondeur les processus, les rendre efficaces et efficients, totalement orientés au service du citoyen et de l’entreprise. La première phase du plan e-gouvernement était constituée d’un portefeuille de 89 projets et services, sous la responsabilité de différents organismes et administrations, pour un investissement global de plus de 2 milliards de dirhams.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *