Elections communales: De qui parle le PJD ?

Elections communales: De qui parle le PJD ?

A un peu moins d’une année de l’échéance prévue pour les prochaines élections communales, l’événement est d’ores et déjà au cœur du débat politique national. Le Parti de la justice et du développement (PJD) a mis en garde contre les procédés de manipulation et de fraude utilisés par «certaines personnes» dans le but de nuire à l’authenticité du scrutin, explique un communiqué publié à l’issue d’une réunion du secrétariat général du parti.

Présidée par Abdelilah Benkirane, cette réunion a rassemblé les leaders du parti de la lampe le jeudi 4 septembre à Rabat. Le communiqué, publié samedi 6 septembre, incite l’ensemble des acteurs concernés à assumer leurs responsabilités pour assurer la réussite du scrutin, tout en exprimant l’inquiétude du PJD quant à certains indicateurs d’une volonté de compromettre la transparence de ces élections, citant les provinces de Khemisset et de Kalaat Sraghna. A cet égard, le parti de Abdelilah Benkirane a insisté sur l’importance de ce scrutin, ajoutant qu’il s’agit d’un rendez-vous national crucial.

Par ailleurs, les membres du secrétariat général du PJD ont également souligné que le gouvernement poursuivra les réformes entamées sur les grands chantiers nationaux malgré les divers obstacles et difficultés qu’il doit affronter, ajoutant qu’il est essentiel de renforcer l’approche collaborative susceptible de concrétiser la volonté collective de développement. La réunion a également connu la participation du secrétaire général de la jeunesse du parti, Khalid El Boukarii, qui a exposé le compte rendu du congrès national organisé fin août 2014. Initialement prévue pour l’automne 2012, la date des élections communales a été reportée à plusieurs reprises pour enfin être fixée pour juin 2015.

Très attendues par le PJD, ces élections permettront le renouvellement de la Chambre des conseillers dont les membres, majoritairement issus des partis de l’opposition, ont été élus sous l’ancienne Constitution.

La deuxième Chambre continue, en effet, d’opérer à 270 conseillers alors que la Constitution de 2011 a réduit leur nombre à 120 au maximum. Par ailleurs, 90 de ces membres (pour la plupart de l’opposition) ont achevé leur mandat en octobre 2012 et continuent d’exercer par mesure de transition en attendant les élections de 2015.

Il faut également noter que, pour les différents partis politiques, les résultats des élections communales valent leur pesant d’or puisqu’ils seront très probablement un avant-goût de ce que porteront les prochaines Législatives.

Par: Sara El Majhad
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *