Elections : Ramid se déclare irresponsable !

Elections : Ramid se déclare irresponsable !

Quand les affaires d’Etat se traitent sur Facebook…

Tous les juristes connaissent le principe de l’irresponsabilité en matière pénale ou civile. Notre ministre de la justice, Mustapha Ramid, lui, vient de publier sur sa page officielle Facebook une phrase qui en dit long sur sa perception de la responsabilité morale et politique. A quelques jours seulement des échéances électorales, M. Ramid prévient, lui le membre du gouvernement et ministre de la justice, de ne pas être consulté, ni avisé de ce qui se fait à propos de l’organisation et du suivi des élections ! On peine à trouver une quelconque explication à un tel comportement et une attitude «irresponsable» au vrai sens du terme.

Lors des élections communales, le ministre de la justice décidait avec celui de l’intérieur de tout ce qui a trait à la chose électorale. Mais voilà que, à trois semaines des élections du 7 octobre, il se passerait des choses bizarres et le ministre de la justice ne serait pas consulté et déclare n’avoir rien décidé dans ce sens. Par conséquent, M. Ramid ne peut être responsable d’une quelconque médiocrité, régression ou autre déviation. Voilà à peu près le message écrit sur la page du ministre et à travers lequel il veut certainement transmettre des sous-messages…

Dans l’exercice de sa fonction de responsable au plus haut rang de la gestion de la chose publique, un ministre signe des décisions, des arrêtés, décrète des lois. Un ministre a une signature qui engage son gouvernement, prend des décisions, interpelle le gouvernement, réagit dans le cadre de la loi… Et, en principe, quand un ministre veut réagir ou traiter des affaires d’Etat, il le fait à travers des consultations avec ses collègues de l’Exécutif et non pas par médias interposés et encore moins sur Facebook comme le ferait le fan d’une star du showbiz.

On rappellera qu’il y a quelques semaines seulement, un quotidien arabophone avait publié une information selon laquelle il prévoyait l’actuel ministre de l’agriculture comme chef du prochain gouvernement. ALM avait, en son temps, révélé et démontré comment « l’info intox » avait été soufflée par le même ministre de la justice connu pour ses liens avec l’organe de presse en question avec pour objectif de décrédibiliser les élections. M. Ramid avait immédiatement nié tout lien ni avec l’information ni avec le quotidien. En tant que membre du gouvernement et ministre de la justice supervisant les élections, il disait s’abstenir d’interférer dans cette mouvance pré-électorale ou de tenter de décrédibiliser le processus. Et il faut croire que sa déclaration sur Facebook ne porte en rien atteinte à la crédibilité des élections.

D’ailleurs, le verbe «s’abstenir» d’interférer dans les élections semble prendre une autre signification lorsqu’il s’agit de recruter des candidats et les accompagner jusque chez le chef du parti (et du gouvernement) pour avoir la bénédiction et la «tazkia». Mais il y a visiblement une différence entre Ramid le militant actif du parti qui accepte donc la règle du jeu et l’autre Ramid qui, lui, dénonce la règle du jeu en tant que ministre de la justice.
Comme si le dispositif, entre autres judiciaire, chargé de l’organisation des élections venait de naître depuis qu’il est à la tête de ce ministère. Ces milliers de gens, de cadres du ministère de la justice et de celui de l’intérieur se trouvaient là depuis bien longtemps et ne sont pas à leur première expérience.

Ces fonctionnaires travaillent depuis des années déjà et c’est grâce à eux que l’actuel ministre de la justice, censé être superviseur, a trouvé la machine si bien rodée qu’il cherche à la bouder.

Dieu merci, le pouvoir judiciaire, garant de la neutralité, de la transparence et de la régularité des élections, n’est pas réduit à la personne du ministre de la justice lui-même.
Lorsque l’on embarque sur un navire pour le mener à bon port et que la croisière ne s’avère pas à notre goût, il est plus simple, plus logique et plus honnête de quitter le bateau.

Articles similaires

2 Comments

  1. Jamal

    daba le ministère de l’intérieur est bien honnête, kit3awno m3a rramid ohowa il prétend avoir été éxclu de la supervision, hadchi lli baghi tgoul

    Reply
  2. Shaheen Benka

    Non machi had chi li bgha ygoul. Wach Ramid wazir wla machi wazir ? ALors pourquoi se plaindre sur facebook comme une fillette à qui on vient de publier des photos personnelles ? Pourquoi ne pas parler du problème dans un conseil de gouvernement ou même entre ministres ou encore avec le chef du gouvernement ? Pourquoi ne pas organiser une conférence de presse et déballer la vérité ? Cheft assi Jamal ? Le ministre de l’intérieur ykoun honnete wla machi honnête hna on parle du comportement de M.Ramid

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *