En application de la Constitution : Le gouvernement présentera le bilan de son mi-mandat

En application de la Constitution : Le gouvernement présentera le bilan de son mi-mandat

Ce rendez-vous sera ainsi très attendu en avril prochain pour avoir une idée sur les réalisations gouvernementales depuis l’investiture de l’équipe actuelle.

Alors que le Parlement va prochainement fermer ses portes pour une trêve hivernale, l’événement phare qui marquera le début de la prochaine session est déjà connu. En effet, le gouvernement est actuellement en train de préparer son bilan du mi-mandat.

Un bilan qui sera présenté dès la reprise des travaux du Parlement durant la session printanière, c’est-à-dire au mois d’avril. Cette action vient en application des dispositions de la Constitution de 2011. Dans ce sens, l’article 101 de la loi fondamentale du pays stipule que «le chef de gouvernement présente devant le Parlement un bilan d’étape de l’action gouvernementale, à son initiative ou à la demande du tiers des membres de la Chambre des représentants ou de la majorité des membres de la Chambre des conseillers. Une séance annuelle est réservée par le Parlement à la discussion et à l’évaluation des politiques publiques». Ce rendez-vous sera ainsi très attendu en avril prochain pour avoir une idée sur les réalisations gouvernementales depuis l’investiture de l’équipe actuelle. Pour rappel, le gouvernement avait déjà présenté le bilan de la première année de son mandat l’été 2018. Parmi les éléments phares de ce premier bilan, il y avait notamment la réforme de l’administration à travers la simplification de nombreuses procédures usuelles comme la certification des copies conformes. Il avait également été question de l’instauration d’un nouveau système unifié de traitement des plaintes à travers le lancement du portail national www.chikaya.ma. Des applications électroniques ont aussi vu le jour. Sur le plan social, le gouvernement avait expliqué à l’occasion de la présentation de son premier bilan que le budget du secteur de l’éducation avait atteint plus de 60 milliards de dirhams, en plus d’une augmentation de 25% du budget du soutien social (transport et cantines scolaires, internats, programme Tayssir, etc.) dont l’objectif principal est de lutter contre la déperdition scolaire.

Le bilan avait fait mention du recrutement de 35.000 enseignants contractuels pour réduire l’encombrement dans les classes. Par ailleurs sur le plan de la santé, le premier bilan faisait référence au recrutement de 1.000 médecins pour faire face au manque des ressources humaines sans oublier l’ouverture de 9 nouveaux hôpitaux dans des zones rurales et l’acquisition de 120 unités médicales mobiles et 74 ambulances. S’agissant du Ramed, un important projet d’amélioration de ce système d’assistance médicale avait été initié. A noter enfin que le chef de gouvernement était hier lundi l’hôte de la Chambre des représentants dans le cadre de l’article 100 de la Constitution. Ce dernier dispose que «les réponses aux questions de politique générale sont données par le chef de gouvernement. Une séance par mois est réservée à ces questions et les réponses y afférentes sont présentées devant la Chambre concernée dans les trente jours suivant la date de leur transmission au chef de gouvernement». Les questions des députés au cours de cette séance ont tourné autour du modèle de développement et de la politique gouvernementale en matière d’amélioration des revenus des citoyens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *