Fatiha Khallouki : «Les citoyens veulent donner une chance aux jeunes candidats»

ALM : Qu’est-ce que ça fait de se présenter dans une circonscription qui compte de gros calibres comme Benkirane ou Sentissi ?
Fatiha Khallouki : Je suis effectivement candidate dans la circonscription de Salé-médina. Je dois d’abords préciser que j’ai rejoint les rangs du FFD tout récemment. J’exerce à Salé en tant que médecin depuis un moment et ils connaissent, dans le parti, mon dévouement et mon sérieux. Ils m’ont alors proposé d’intégrer le parti.
J’ai accepté cette proposition, d’autant plus que les principes du parti me conviennent parfaitement. J’ai alors été proposée comme tête de liste de la liste régionale du FFD. J’ai par la suite reçu l’accréditation du parti. Il est vrai que la circonscription de Salé-médina est difficile mais je suis prête à tenter ma chance.
Je ne m’attends pas à un succès à 100% mais je considère que le fait même de tenter cette aventure est une réussite en soi. Que je gagne ces élections ou pas, je peux vous assurer que j’ai des principes que je veillerai à accomplir à long terme. Je considère par ailleurs que c’est un honneur pour moi d’être désignée à la tête de la liste régionale du FFD.

Pourquoi avez-vous été désignée dans la liste régionale au lieu de figurer sur la liste nationale ?
Je vais vous confier une chose qui pourrait vous surprendre. En fait, je ne suis pas intéressée par la liste nationale. J’ai en effet choisi, à mon âme et conscience, de faire partie de la liste régionale. Je souhaite réussir haut la main et mériter mon siège au Parlement. J’ai peur de m’habituer à la facilité. Puisque dans le cas de la liste nationale, on est sûr de décrocher un siège une fois qu’on est classé premier, deuxième ou troisième de la liste. Tout le monde m’a d’ailleurs prévenue quant à la difficulté des problèmes que je pourrai rencontrer dans cette circonscription. Je suis pourtant très optimiste quant à mes chances de remporter ces législatives. Il existe actuellement un changement dans les mentalités qui devient de plus en plus palpable. C’est une réalité que je touche au quotidien. La majorité des citoyens veulent donner une chance aux jeunes cadres politiques. Ils souhaitent que le pays aille de l’avant. J’ai par ailleurs remarqué que la plupart des têtes de listes sont de nouveaux militants et je souhaite bonne chance à tous.

Que pensez-vous de la présence féminine au Parlement ?
J’espère tout d’abords que la présence féminine au Parlement serait encore plus grande suite aux prochaines législatives. Les femmes parlementaires devraient bien entendu défendre les intérêts des femmes, mais elles doivent par ailleurs défendre ceux des chômeurs et de toutes les autres catégories sociales. J’estime que la femme a le don de comprendre les autres et d’aller au fond de leurs problèmes. Je souhaite d’ailleurs que les citoyens mettent leur confiance dans la femme parce que c’est l’espoir du Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *