Inédit : Un ministre boycotte la 2ème Chambre

Inédit : Un ministre boycotte la 2ème Chambre

En colère contre la Chambre des conseillers, El Houssaine Louardi veut retirer tous les textes de loi de son ministère

Après le blocage de la réforme des retraites, une nouvelle confrontation éclate entre le gouvernement et la Chambre des conseillers. Cette dernière vient de décider le retrait d’un projet de loi sur l’exercice des professions de rééducation, réadaptation et réhabilitation fonctionnelle, de l’adoption en plénière pour le faire revenir en commission. Un retrait qui n’a pas été du goût du ministre de la santé, El Houssaine Louardi. Le ministre a vivement critiqué la décision de la deuxième Chambre parlementaire par le biais d’une lettre adressée à la commission en charge de l’examen du texte.

«Le ministre de la santé a envoyé une lettre à la commission en charge de l’examen du projet protestant contre la décision des conseillers et informant la commission de sa décision de retirer tous les projets de loi du ministère se trouvant actuellement à la Chambre des conseillers en guise de protestation», explique Abdelali Hamieddine, conseiller président de la commission permanente chargée de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la deuxième Chambre. Une réaction qui représente un fait inédit dans les rapports entre l’appareil exécutif et l’institution législative. La crise menace de prendre de l’ampleur dans les prochains jours. Car la lettre du ministre n’a pour le moment qu’une valeur symbolique. Et pour cause, la Chambre des conseillers a tout à fait la possibilité de retirer des textes de l’adoption pour les réexaminer. Pour cela, elle n’a besoin que d’un dixième de ses membres. De même, le ministre de la santé ne peut pas retirer les projets de loi se trouvant actuellement chez les conseillers.

Conseillers vs gouvernement

Louardi doit faire appel au chef de gouvernement qui est seul habilité à retirer un projet de loi du Parlement. Benkiran jouera-t-il au pompier entre son ministre et les conseillers ou bien ira-t-il vers la confrontation ? Tous les scénarios sont possibles tant les relations entre la Chambre des conseillers et le gouvernement sont plus que jamais tendues. Car en plus de la loi du ministère de la santé bloquée avant son adoption, il y a eu le report du grand oral du chef de gouvernement qui devait avoir lieu mardi dernier.

Si ce report a été décidé d’un commun accord entre les deux parties, le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile l’a tout de même critiqué. A cela s’ajoute le blocage de la réforme des retraites à la deuxième Chambre. Trois signes qui reflètent une crise plutôt profonde entre le gouvernement et la Chambre des conseillers. «Je ne pense pas qu’il y ait une crise entre l’Exécutif et tous les conseillers. Faut-il rappeler dans ce sens que la réforme des retraites est bloquée par les syndicats alors que le retrait du projet de loi sur l’exercice des professions de rééducation, réadaptation et réhabilitation fonctionnelle a été demandé par les groupes de l’opposition», conclut Abdelali Hamieddine. Il faut dire que la tension entre l’Exécutif et la deuxième Chambre ne date pas d’aujourd’hui alors que les dernières élections et l’arrivée du Parti de la justice et du développement (PJD) chez les conseillers n’ont pas permis de changer beaucoup  les choses.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *