La «purge chabatienne» se poursuit

La «purge chabatienne» se poursuit

La vague des suspensions se poursuit à l’Istiqlal. En moins d’une semaine, un autre responsable istiqlalien est suspendu. Après Mohamed Saoud, suspendu après une altercation avec le secrétaire général de l’Istiqlal, Hamid Chabat, c’est au tour de Ahmed Makhloufi, secrétaire provincial du parti de la balance dans la ville d’Al Hoceima, de connaître le même sort. C’est le même mode opératoire qui est suivi dans ce dossier, le deuxième en quelques jours. Une décision du siège central du parti annonce la suspension de Makhloufi «pour atteinte grave aux intérêts du parti de l’Istiqlal dans la ville d’Al-Hoceima». La même source précise que son dossier a été transmis à l’instance nationale d’arbitrage et de discipline au sein du parti de la balance. «En vertu des articles 106 et 108 du règlement intérieur du parti de l’Istiqlal, il a été décidé de suspendre M. Makhloufi à la lumière de ce qu’il a pu commettre comme atteinte aux intérêts du parti.

Le concerné n’a donc plus aucun lien avec les instances du parti», lit-on dans un document portant la signature du directeur du siège central de l’Istiqlal à Rabat, Hassan Cherkaoui. La suspension n’est ainsi qu’une première étape puisque l’instance nationale d’arbitrage et de discipline pourrait prononcer dans les prochains jours l’expulsion définitive de Makhloufi mais également de Saoud des rangs du parti. Cela dit, ce dernier avait contesté la décision prise par le siège central arguant qu’il n’est pas habilité à prendre ce genre de décision.
Il faut dire que le parti de la balance vit des moments difficiles en raison des tensions provoquées par les accréditations pour les prochaines élections législatives prévues le 7 octobre prochain.

Les places sont limitées et la concurrence est rude entre différents courants au sein du parti afin d’obtenir le fameux sésame pour rester dans la course au Parlement. La situation est d’autant plus délicate que les listes définitives des candidats istiqlaliens pour le scrutin tardent à voir le jour. C’est le cas notamment pour la liste nationale des femmes et des jeunes.

Des noms avaient commencé à circuler mais au final le parti a préféré recourir à une autre procédure, ce qui n’a pas manqué de créer de nouvelles tensions. Ceci a poussé la direction du parti à diffuser une mise au point signée par Adil Benhamza, le porte-parole du parti. Ce dernier a démenti toutes les informations sur des tensions internes au sujet de la liste nationale accusant les organes de presse qui diffusent ces informations «de vouloir semer la discorde au sein du parti de l’Istiqlal».

M. Benhamza a par ailleurs précisé que son parti suit la même procédure adoptée en 2011 pour le choix des candidats de la liste nationale ajoutant que les membres du conseil national de l’istiqlal vont se réunir les 3 et 4 septembre pour élire les représentants du parti dans cette liste.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *