Lancement de la campagne électorale communale et régionale : L’enjeu de la transparence

Lancement de la campagne électorale communale et régionale : L’enjeu  de la  transparence

Le coup d’envoi de la campagne électorale a été lancé samedi dernier. Jusqu’au jeudi 3 septembre à minuit (veille des élections), les différentes formations politiques s’affronteront sur le terrain, se disputant les communes et régions du Royaume.

Longtemps au centre du discours politique national, le chantier de la régionalisation avancée devrait enfin être transformé en réalité par les élections du 4 septembre prochain. Un défi de taille, qui alourdit la responsabilité des futurs élus et actuels candidats.  

Qualifiée même de «nouvelle révolution» lors du discours royal de jeudi dernier, il n’est pas risqué d’avancer que cette étape sera décisive pour le Royaume. Lors de ce même discours, à l’occasion du 62ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, le Souverain invitait, justement, les Marocains à voter pour «le candidat qui remplit les conditions de compétence, de crédibilité et de disponibilité à se mettre au service de l’intérêt général», et non pour celui qui élève la voix plus que les autres ou celui qui distribue quelques dirhams et vend des promesses mensongères. Plus que jamais, l’enjeu de la transparence est central.

Des mesures ont d’ores et déjà été entreprises par le ministère de l’intérieur dans ce sens. Celui-ci a annoncé vendredi dernier un mouvement partiel et des mesures préventives et disciplinaires à l’encontre d’agents et d’auxiliaires d’autorité, «pour garantir un climat électoral marqué par la transparence et une compétition loyale», peut-on lire dans un communiqué du département de Mohamed Hassad.

Du côté des chiffres, le ministère de l’intérieur a fait état, dans un communiqué publié samedi, d’un nombre total de 130.925 candidatures déposées pour les élections communales et de 7.588 candidatures pour les élections régionales. «Le nombre de candidatures déposées au titre des élections communales a atteint 130.925 pour pourvoir 31.503 sièges, soit une moyenne de plus de 4 candidatures pour chaque siège», peut-on lire dans le communiqué.

En ce qui concerne les élections communales, le parti avec le plus grand nombre de candidats est celui de l’authenticité et de la modernité (PAM), avec 18.227 candidatures, suivi de l’Istiqlal (PI) avec 17.214, puis du Parti de la justice et du développement (PJD) avec 16.310 candidatures. Rappelons que le nombre total de sièges à pourvoir dans les communes est de 31.503.

En ce qui concerne les conseils régionaux, le nombre de sièges en jeu est de 678. Le PI et le PJD sont les seuls partis à pourvoir l’ensemble de ces sièges, atteignant une couverture de 100%. Le PAM a présenté 673 candidatures, suivi du Rassemblement national des indépendants (668) et du Parti du progrès et du socialisme (638).
Le démarrage des campagnes électorales s’est fait en trombe samedi dernier, entre démonstrations de force et querelles politiques. Les principaux partis de la majorité et de l’opposition ne ménageront aucun effort  pour remporter ce rendez-vous électoral dont les résultats devraient être décisifs pour les Législatives de l’année prochaine.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *