«Le parti de l’Istiqlal va remporter la confiance des électeurs»

ALM : Candidat PI à Taourirt, avez-vous des chances de remporter l’un des deux sièges de cette circonscription ?
Hassan Abdelkhalek : En tant que député de Taourirt, j’ai un bilan à soumettre aux électeurs. Et je dois dire très modestement que ce bilan a été concluant pour une province qui accusait un grand déficit en matière d’infrastructures et d’équipements, notamment les routes rurales, les dispensaires, l’eau potable … Pendant le dernier mandat, à peu près 10 milliards de centimes ont été débloqués rien que pour les routes rurales, ce qui a permis de désenclaver la région ; ajouter à cela les travaux de forage pour alimenter les douars en eau potable, la construction de dispensaires, l’accélération du projet d’électrification dans les communes rurales … Je dois également ajouter que l’on a fait bénéficier des associations d’agriculteurs d’un important don allemand destiné à construire des canaux d’irrigation … En ce qui concerne le volet judiciaire, le ministère de tutelle nous a donné des promesses pour la construction d’un tribunal de première instance. Ce qui épargnera à la population de parcourir 200 kilomètres pour aller à Oujda. Les gens sont conscients de l’importance des projets réalisés, mais ce n’est pas fini. Le combat continuera pour faire valoir les revendications de la population. J’espère que les électeurs vont renouveler leur confiance en moi…

Qu’en est-il des chances du parti de l’Istiqlal en général ?
En toute modestie, le travail qui a été accompli par nos ministres a été très positif, que ce soit au niveau de l’habitat, des transports, de l’équipement, du tourisme, de l’artisanat, ou encore de la condition féminine. Ce travail a été apprécié par la population, les observateurs et tous les concernés par la chose publique. L’Istiqlal a prouvé qu’il est un parti dynamique. Et ses chances au scrutin de 2007 sont d’autant plus grandes qu’il présente des candidats qui ont des compétences et des profils assez diversifiés, dont notamment des intellectuels, des cadres, des commerçants … Je dois dire à cet effet que les candidats ont été choisis ou bien par consensus ou par le vote de la base, ce qui a permis de mobiliser les militants du parti. Il ne s’agit donc pas de candidats parachutés d’en haut. L’Istiqlal a également proposé un programme électoral réaliste, ambitieux, volontariste, qui prône des solutions aux grands problèmes du pays sur le plan économique, social et culturel. Ce programme met en tête des priorités la question de l’emploi, les besoins des jeunes et leur intégration dans la vie publique.

Allez-vous couvrir toutes les circonscriptions électorales ?
On a couvert toutes les circonscriptions, où nous présentons des candidats capables de remporter la confiance des électeurs et faire fructifier le score réalisé par le parti de l’Istiqlal en 2002. En somme, le PI a réuni toutes les conditions pour récidiver. Reste la question de la transparence.
A ce sujet, le discours royal a marqué un tournant dans la vie publique. SM le Roi a démontré que la démocratie au Maroc est irréversible. Il a donné des consignes fermes pour la transparence des élections et pour que les fraudeurs soient sanctionnés, faisant un appel solennel aux citoyens pour défendre leur dignité lors du scrutin en s’abstenant de vendre leurs voix et leur conscience.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *